Jérusalem va reconsidérer l’ouverture de l’Ancienne Gare ferroviaire le Shabbat
Rechercher

Jérusalem va reconsidérer l’ouverture de l’Ancienne Gare ferroviaire le Shabbat

5 ans après son ouverture, les ultra-orthodoxes cherchent à faire dérailler les activités du samedi de l'enceinte culturelle ; le maire est "certain" que rien ne changera

Marissa Newman est la correspondante politique du Times of Israël

Le maire de Jérusalem, Nir Barkat, fait un selfie avec les habitants de Jérusalem lors de sa visite de l'Ancienne Gare à Jérusalem le 24 mars 2015. (Miriam Alster/Flash90)
Le maire de Jérusalem, Nir Barkat, fait un selfie avec les habitants de Jérusalem lors de sa visite de l'Ancienne Gare à Jérusalem le 24 mars 2015. (Miriam Alster/Flash90)

La municipalité de Jérusalem examinera la semaine prochaine un recours des membres du conseil ultra-orthodoxe protestant contre l’ouverture des commerces le samedi dans la galerie marchande de l’Ancienne Gare ferroviaire de la capitale, appelée aussi First Station ou Ta’hana Rishona.

La réunion du conseil municipal de Jérusalem du 16 mai débattra de la permission accordée à l’enceinte – une ancienne gare du 19e siècle qui, depuis cinq ans, abrite des restaurants et des expositions d’art, et offre des spectacles et des activités culturelles – de garder ses portes ouvertes le jour du repos juif.

Le recours a été déposé il y a plus de deux ans, selon des médias israéliens. Le conseiller juridique de la ville a demandé que le conseil municipal, composé de membres laïques, orthodoxes et ultra-orthodoxes, se réunisse pour examiner le recours mercredi prochain. Mais la décision finale appartient à un autre comité au sein du ministère des Finances, qui votera le 17 mai sur le maintien ou non des dispositions existantes, selon un communiqué de la municipalité.

« En tant que responsable de la rénovation de l’Ancienne Gare, le maire Nir Barkat est certain qu’il n’y aura pas de changement pour la gare et qu’elle continuera à fonctionner selon le statu quo à Jérusalem, selon lequel la culture, les loisirs et les restaurants sont autorisés [à rester ouverts] le jour du Shabbat alors que le commerce est interdit », a déclaré le bureau de Barkat dans son communiqué.

La question « ne sera pas tranchée par le conseil municipal, mais plutôt le lendemain par le comité de district du ministère des Finances et nous nous attendons et croyons qu’il maintiendra l’arrangement existant en vertu du statu quo », a déclaré le bureau du maire.

Illustration : L’Ancienne Gare de Jérusalem et les voies ferrées rénovées (Crédit : autorisationThe First Station)

Le débat a relancé sur l’activité du complexe culturel pendant le Shabbat a également été condamné par Ofer Berkovich du parti Hitorerut, un partisan original de l’Ancienne Gare et candidat à la mairie lors des élections d’octobre prochain.

« C’est une déclaration de guerre sur la capacité des diverses communautés à vivre ensemble à Jérusalem », a déclaré M. Berkovich. « Nous nous battrons pour une Jérusalem tolérante et ouverte et pour sauvegarder l’Ancienne Gare. »

L’Ancienne Gare est l’un des seuls sites ouverts le samedi à Jérusalem. La loi israélienne interdit aux entreprises de fonctionner pendant le jour de repos juif, à l’exception des lieux de divertissement, des restaurants et des services de base tels que les pharmacies, ainsi que des industries dont la fermeture nuirait à l’économie israélienne. Cette politique, qui fait l’objet de véhément débats dans de nombreuses villes israéliennes, est particulièrement sensible dans la Jérusalem profondément religieuse.

En janvier, le gouvernement a adopté une loi pour fermer les supérettes dans tout le pays le jour du Shabbat, bien qu’après un intense débat public sur l’adoption de la loi, le ministre de l’Intérieur Aryeh Deri a admis plus tard qu’elle ne serait pas appliquée.

Les débats précèdent les élections municipales annuelles d’octobre, au cours desquelles la question brûlante des commerces ouverts le jour du Shabbat sera probablement au centre des diverses campagnes pour la mairie.

Barkat a annoncé qu’il ne briguera pas un nouveau mandat et s’est fixé comme objectif de rejoindre le parti du Likud au gouvernement lors des élections de 2019. D’autres candidats ont annoncé leur candidature à l’élection municipale, parmi lesquels Moshe Lion, tandis que Zeev Elkin, ministre de Jérusalem, David Amsalem, président de la coalition, et le député Nachman Shai (Union sioniste) seraient supposé se présenter aux élections de Jérusalem en 2018, bien que les trois n’aient pas encore officiellement déclaré leur candidature.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...