Israël en guerre - Jour 138

Rechercher

Jeux vidéo: « Prince of Persia », « rêve d’enfant » devenu réalité Jordan Mechner

Le créateur du fameux personnage s'est aussi essayé à la bande dessinée en retraçant le parcours de ses proches ayant fui les nazis

Le concepteur de jeux vidéo, réalisateur et ancien programmeur de jeux vidéo américain Jordan Mechner, pose lors d'une séance photo, à Paris le 14 décembre 2023. (Crédit : JOEL SAGET / AFP)
Le concepteur de jeux vidéo, réalisateur et ancien programmeur de jeux vidéo américain Jordan Mechner, pose lors d'une séance photo, à Paris le 14 décembre 2023. (Crédit : JOEL SAGET / AFP)

« J’avais deux rêves d’enfant : faire des jeux vidéo et des films. Grâce à ‘Prince of Persia’, j’ai pu réaliser les deux », savoure le créateur américain Jordan Mechner, qui s’étonne que sa saga créée il y a plus de 30 ans perdure encore, avant la sortie d’un nouvel épisode jeudi.

L’éditeur français Ubisoft s’apprête à faire revivre son célèbre personnage avec « The Lost Crown », après treize ans d’attente pour les fans de cette série d’action/aventure inspirée des « Mille et Une Nuits », dont le dernier épisode remonte à 2010 et dont les différents volets ont dépassé les 20 millions d’exemplaires écoulés dans le monde.

Depuis ses débuts à la fin des années 1980 dans un « home studio » californien jusqu’à cet opus concocté dans les studios d’Ubisoft à Montpellier (sud de la France), tout a en effet changé… ou presque.

« C’était l’une des premières ‘motion captures’ (technique de capture de mouvements pour les rendre plus réalistes à l’écran, NDLR) utilisées pour un jeu vidéo », se remémore auprès de l’AFP Jordan Mechner, 59 ans, qui vit en France – à Montpellier justement – depuis 2015.

A l’aide d’une caméra VHS, il filme alors son petit frère « pour faire tous les mouvements » dont le héros a besoin dans le jeu, puis les intègre image par image sur l’écran de l’ordinateur grâce à la technique de la rotoscopie, empruntée aux dessins animées du début du 20e siècle.

A cette entreprise familiale, dont le développement dure quatre ans, se joint aussi son père, pianiste amateur, à la composition de la musique du jeu. « C’était vraiment un travail artisanal », sourit-il.

A sa sortie en 1989, le jeu marque l’industrie et impressionne les gamers par la qualité de son animation et la fluidité de ses personnages, à une époque où les moyens techniques étaient limités. Et consacre Jordan Mechner, qui s’était fait remarquer en 1984 avec « Karateka », son premier titre réalisé de A à Z lorsqu’il était encore étudiant.

Autodidacte, il avait appris les rudiments de la programmation dans les magazines et sur son ordinateur Apple II, reçu durant son adolescence.

« Princess of Persia »

Fort de son succès, « Prince of Persia » devient une saga culte qui va connaître plusieurs suites, traverser les générations et s’adapter aux diverses évolutions technologiques, passant notamment de la 2D à la 3D, avant d’être acquise par Ubisoft aux début des années 2000 puis d’être adaptée au cinéma en 2010.

Plus de 30 ans après ses premiers pas, Jordan Mechner avoue n’avoir « jamais imaginé » que l’univers de son œuvre « perdurerait aussi longtemps ».

Créateur « indépendant », il se consacre désormais à son travail de dessinateur et scénariste de bande dessinée. A l’image de Replay: Mémoires d’une famille (éditions Delcourt), récit paru en avril où il retrace les parcours de son père et de son grand-père, réfugiés juifs autrichiens aux Etats-Unis, ayant fui l’arrivée au pouvoir du régime nazi avant la Seconde Guerre mondiale.

On y apprend notamment que son grand-oncle Joji avait pu s’installer en France peu après l’Anschluss… grâce à deux aquarelles d’Adolf Hitler acquises quelques années plus tôt, qu’il avait retrouvées en rangeant sa cave.

« Après sa retraite, mon grand-père a passé trois ans à écrire une grande mémoire familiale. Il fallait qu’un jour je transmette ces histoires incroyables avec lesquelles j’ai grandi », souligne Jordan Mechner.

L’auteur y mêle aussi sa propre vie, comme l’annonce à ses deux enfants de son expatriation professionnelle en France en 2015 pour un énième projet autour de « Prince of Persia ».

Ce qui donne un échange savoureux avec son fils: « Tu devrais faire autre chose que de tout le temps créer des ‘Prince of Persia' ». Relance de sa fille : « Ou au moins faire un ‘Princess of Persia' ».

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.