Judaïsme réformé US : Non au vote de la définition de l’antisémitisme de l’IHRA
Rechercher

Judaïsme réformé US : Non au vote de la définition de l’antisémitisme de l’IHRA

Selon le mouvement, voter la définition en loi, comme le demandent d'autres organisations juives, pourrait être utilisé abusivement pour pénaliser la critique Israël

Le rabbin Rick Jacobs, président de l'Union pour le judaïsme réformé, s'exprime sur la lutte contre le racisme lors de la biennale du mouvement à Chicago, le 12 décembre 2019. (Autorisation de l'Union for Reform Judaism via JTA)
Le rabbin Rick Jacobs, président de l'Union pour le judaïsme réformé, s'exprime sur la lutte contre le racisme lors de la biennale du mouvement à Chicago, le 12 décembre 2019. (Autorisation de l'Union for Reform Judaism via JTA)

JTA – Une définition commune et de plus en plus controversée de l’antisémitisme est utile mais ne devrait pas avoir force de loi, a déclaré lundi le mouvement réformé américain.

La plus grande communauté religieuse juive d’Amérique a fait ces commentaires dans une déclaration sur la définition de l’antisémitisme de l’International Holocaust Remembrance Alliance. Cette définition comprend 11 exemples de la façon dont l’antisémitisme peut se manifester, principalement par des discours sur Israël.

Un nombre croissant de pays et d’organisations ont adopté cette définition, qui est devenue un outil pour le débat sur la question de savoir si et quand la critique d’Israël est antisémite. Ses défenseurs, dont de nombreuses organisations juives, affirment qu’il ne cible la critique de l’État juif que lorsqu’il franchit une ligne dans un discours de haine. Les critiques de cette définition, comme les activistes pro-palestiniens et les groupes de défense des droits de l’homme, craignent qu’elle ne criminalise les critiques légitimes de la politique israélienne.

La déclaration de l’Union pour le judaïsme réformé, rédigée par quatre organisations du mouvement, vise à trouver un terrain d’entente – en approuvant la définition mais en s’opposant à sa codification en loi. La déclaration met également en garde contre le fait que les exemples de la définition de l’IHRA pourraient détourner l’attention de la menace de l’antisémitisme d’extrême-droite.

« Pendant des années, cette définition a été utilisée dans les rapports américains et internationaux sur l’antisémitisme dans le monde entier afin de garantir son exactitude et son exhaustivité, et nous affirmons aujourd’hui notre propre soutien », indique la déclaration des Réformés. Ses quatre signataires sont l’Union for Reform Judaism, la Central Conference of American Rabbis, Women of Reform Judaism et le groupe sioniste ARZA.

Un arrêt de bus de Londres affublé d’une affiche “Israël est un projet raciste”, installée par un groupe pro-Palestiniens pour protester contre l’adoption par le Parti travailliste britannique de la définition de l’antisémitisme de l’IHRA, le 6 septembre 2018. (Crédit : Twitter)

« Notre engagement envers les principes de la liberté d’expression et nos préoccupations quant à l’abus potentiel de la définition nous obligent à insister pour qu’elle soit utilisée uniquement comme prévu : comme un guide et un outil de sensibilisation », indique la déclaration. « La définition ne doit pas être codifiée en une politique qui déclencherait une action punitive potentiellement problématique permettant de circonscrire la liberté d’expression ».

Cette déclaration est en fait une dissidence de la position de la Conférence des présidents des principales organisations juives américaines, qui vise à parler au nom d’une série d’organisations juives, y compris les quatre organisations de juifs réformés, sur des questions de politique gouvernementale. Dans une lettre récente, la Conférence des présidents a invité l’administration Biden à « prendre en considération la définition de l’IHRA » et ses exemples dans ses travaux, comme l’a fait l’administration Trump.

La déclaration séparée des Réformés indique que la lettre de la Conférence des présidents ne parle pas en faveur d’une partie importante de ses propres membres. En ce qui concerne l’appel lancé dans la lettre à l’administration Biden pour qu’elle utilise cette définition dans l’application des lois, le rabbin Rick Jacobs, président de l’Union pour le judaïsme réformé, a déclaré : « Sur ce point, nous ne sommes pas du tout d’accord. Il n’est pas utile d’essayer d’intégrer cette définition dans tous les domaines du gouvernement fédéral ».

Jamaal Bowman s’exprime devant le public au cours de la nuit des primaires à New York, le 23 juin 2020 (Crédit : AP Photo/Eduardo Munoz Alvarez)

La position de la Conférence des présidents s’inscrit également dans le cadre des débats en cours sur les critiques d’Israël. Plusieurs campus ont fait l’objet d’enquêtes fédérales sur les droits civils, en partie à cause d’activités anti-israéliennes. Un membre nouvellement élu du Congrès démocrate, Jamaal Bowman de New York, a récemment été accusé d’antisémitisme pour avoir qualifié de « cruauté » la politique israélienne en matière de vaccins. Des coalitions d’universitaires et de militants ont débattu de la bonne application de la définition de l’IHRA.

Le texte de la définition dit qu’elle est « non juridiquement contraignante », et son auteur principal, Kenneth Stern, a fait valoir en grande partie le même argument que les groupes réformés : que la définition est une ressource, et non un document législatif. Jacobs a déclaré à la Jewish Telegraphic Agency qu’il craignait que la définition ne soit utilisée pour tempérer ou pénaliser les critiques légitimes à l’égard d’Israël.

« Il y a aujourd’hui ceux qui voudraient utiliser cette définition comme une arme et l’utiliser, ouvertement, pour étouffer la liberté d’expression », a-t-il déclaré. « Il est essentiel que nous ne transformions pas la définition en arme mais que nous nous efforcions d’améliorer la manière dont nous traitons l’éducation, le signalement, la surveillance et la réponse à l’antisémitisme.

Il a ajouté : « Nous savons aussi qu’il y a des critiques légitimes à l’égard d’Israël ».

En 2019, le président Donald Trump a signé un décret adoptant la définition de travail comme référence pour le jugement des plaintes en matière de droits civils sur les campus. M. Jacobs a déclaré qu’il pense que ce décret et les déclarations qu’il contient constituent un excès, et peuvent conduire à une « pente glissante ».

Bien que le rabbin soit fortement en désaccord avec les groupes anti-Israël, ainsi qu’avec le mouvement de boycott d’Israël, il ne pense pas que tous les militants du boycott et leurs groupes devraient nécessairement être qualifiés d’antisémites.

« Je pense qu’il y a une tendance inquiétante à étiqueter comme antisémites des groupes, y compris des groupes juifs, qui critiquent fortement la politique israélienne – qu’il s’agisse de politiques à l’intérieur de la Ligne verte ou de politiques en Cisjordanie occupée [sic] – et, dans un sens, à diaboliser ces organisations », a déclaré M. Jacobs.

Outre la crainte de limiter la liberté d’expression, la déclaration des Réformés indique également que les exemples donnés par la définition d’Israël « ne doivent pas détourner l’attention des manifestations plus fréquentes d’antisémitisme, trop souvent violent, émanant des nouveaux courants des mouvements de haine » qui sont « principalement associés à l’extrême droite ».

Jacobs a ajouté qu’il ne pense pas que soutenir Israël et s’opposer à l’antisémitisme soient une seule et même chose.

« Il y a des individus et des pays qui sont très pro-Israël mais très faibles dans la lutte contre l’antisémitisme », a-t-il déclaré. « Il y a des groupes qui sont très tolérants et qui soutiennent le peuple juif mais qui sont absolument antagonistes de l’État d’Israël, et les lignes peuvent être glissantes ».

M. Jacobs espère que la définition sera utile pour guider l’administration Biden. Mais lui et le mouvement réformé veulent que l’administration concentre ses efforts anti-bigoterie sur l’amélioration du signalement des crimes de haine, la sécurisation des institutions vulnérables et la limitation des discours de haine sur les médias sociaux.

En ce qui concerne la définition de l’IHRA, il a déclaré : « Si nous la gardons juste comme ce qu’elle est censée faire – une définition de travail non contraignante – elle est vraiment utile ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...