Kahlon taxé de « mauvais exemple » après avoir relevé le « Kiki challenge »
Rechercher

Kahlon taxé de « mauvais exemple » après avoir relevé le « Kiki challenge »

Le ministre des Finances a proposé sa propre version de cette danse inspirée par Drake. L' Autorité de la sécurité routière l'a contraint à retirer ses vidéos

Le ministre des Finances Moshe Kahlon relève son "Kiki challenge." (Capture d'écran/Twitter)
Le ministre des Finances Moshe Kahlon relève son "Kiki challenge." (Capture d'écran/Twitter)

Le ministre des Finances Moshe Kahlon avait apparemment décidé de montrer aux enfants son caractère sympathique lorsqu’il a décidé de relever le « Kiki Challenge » au beau milieu de la circulation.

Il aura finalement donné l’image d’un élève désobéissant.

Ces dernières semaines, ce défi – qui a été inspiré par le rappeur canadien juif Drake – a fait le buzz sur les réseaux sociaux, avec des vidéos de célébrités du cinéma et du sport qui l’ont relevé, en sortant d’une voiture en déplacement et en dansant à ses côtés.

Les polices du monde entier ont mis en garde contre ce challenge en soulignant les dangers posés par le fait de quitter une voiture en mouvement dans la circulation.

Kahlon a publié lundi une vidéo de lui marchant, sans danser, à côté de sa voiture conduite par un chauffeur.

A la fin, il rentre dans l’habitacle du véhicule et déclare : « Peu importe toutes ces bêtises. On a beaucoup de travail à faire », une référence apparente à ses efforts visant à réformer l’économie israélienne et à faire baisser les prix du logement dans le pays.

La séquence n’a pas amusé l’Autorité de la sécurité routière nationale.

Elle a envoyé un message à Kahlon, lui demandant de « retirer immédiatement le clip de toutes les plate-formes de réseaux sociaux », a fait savoir la chaîne Hadashot, notant que le défi a entraîné des douzaines d’accidents.

Et même si Kahlon a affirmé que son « Kiki Challenge » a été filmé en toute sécurité sur un trottoir et non dans une rue publique, il n’a pu que s’exécuter et présenter ses excuses.

D’autres ont laissé toutefois leurs tentatives de défi en ligne et visibles par tous.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...