Kan lance un ultimatum à Netanyahu pour l’obtention de fonds pour l’Eurovision
Rechercher

Kan lance un ultimatum à Netanyahu pour l’obtention de fonds pour l’Eurovision

Le Premier ministre a 2 jours pour verser les 12 millions d'euros du dépot de garantie, ou le radiodiffuseur se retirera du concours ; le gouvernement à d'ores et déjà refusé

Netta Barzilai, candidate d'Israël à l'Eurovision 2018, chantera la chanson 'Toy' (Autorisation Eurovision)
Netta Barzilai, candidate d'Israël à l'Eurovision 2018, chantera la chanson 'Toy' (Autorisation Eurovision)

Le radiodiffuseur public Kan a averti dimanche le Premier ministre Benjamin Netanyahu qu’il se retirerait de l’organisation du concours de l’Eurovison si le gouvernement n’injectait pas les fonds nécessaires pour le dépôt de garantie

Le gouvernement a refusé d’accorder des fonds au radiodiffuseur public, affirmant que son budget annuel est suffisant pour couvrir les frais, selon Hadashot. Il a ajouté que le gouvernement estime que le radiodiffuseur jouait pour voir qui allait se défiler en premier, dans le but d’obtenir ce financement.

Le directeur du radiodiffuseur Gil Omer a adressé un courrier à Netanyahu indiquant que la date butoir pour le paiement à l’Union européenne de radiodiffusion (UER) était déjà dépassée, mais qu’un délai avait été accordé jusqu’au 14 août.

« C’est le point de non-retour. Après cela, si le dépôt de garantie n’est pas versé à l’UER, il sera impossible de changer quoi que ce soit, et l’édition 2019 du concours de l’Eurovision ne pourra pas être organisée en Israël », indique cette lettre.

« Au cours des deux dernières semaines, nous avons investi tant d’efforts pour informer les décideurs des difficultés que nous rencontrons afin de tout faire pour les résoudre », a écrit Omer.

« Malheureusement, nos demandes répétées pour résoudre ces problèmes qui entravent l’organisation de la compétition en Israël sont restées sans réponse. »

En plus du dépôt de garantie, l’organisation du concours devrait coûter 157 millions de shekels (37 millions d’euros). Même après les revenus générés par le radiodiffuseur, Kan fera face à un déficit de quelques 104 millions de shekels, selon le site The Marker. Kan souhaite que le gouvernement augmente son budget pour couvrir ces frais.

Cependant, il est peu probable que Kan obtienne ces fonds.

« L’autorité de radiodiffusion tente de détruire l’Eurovision avec son gaspillage », aurait déclaré une source proche de Netanyahu, selon les médias israéliens

« Le Premier ministre et le ministre des Finances ont décidé qu’un organe qui reçoit 750 millions de shekels en fonds publics peut trouver le budget pour le dépôt de garantie de l’Eurovision », a-t-il dit.

Israël a remporté le concours de l’Eurovision pour la première fois en 20 ans le 12 mai, grâce à la performance de Netta Barzilai et sa chanson féministe « Toy ».

La victoire de Barzilai signifiait qu’Israël gagnait le droit d’organiser l’édition suivante du concours. Cet événement devrait faire venir des milliers de fans du monde entier et apporter une exposition maximale de l’Etat hébreu.

Israël avait initialement insisté pour que la compétition se déroule dans la capitale, à Jérusalem. Mais après les réactions des organisateurs, qui menaçaient d’organiser le concours dans un autre pays, Netanyahu a demandé à ses ministres de ne pas s’exprimer sur la question. Plusieurs villes israéliennes devraient candidater pour accueillir l’évènement.

Une autre ombre a été jetée sur l’organisation par Israël avec la menace de poursuites par un label de musique américain, qui accuse les compositeurs d’infraction au droit d’auteur.

Universal Music Studios, l’une des plus grandes sociétés de musique du monde, a adressé un courrier à Doron Medalie et Stav Berger, qui ont co-écrit « Toy », affirmant que la chanson était un plagiait d’un tube de 2003 des White Stripes, « Seven Nation Army ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...