Rechercher

Khamenei minimise l’ampleur des manifs en Iran, accuse Israël et les USA

L'indignation provoquée par la mort de Mahsa Amini a entraîné la plus grande vague de manifestations depuis les protestations de 2019 contre la hausse du prix de l'essence

Le président américain Joe Biden (à gauche) et le guide suprême iranien Ali Khamenei. (Crédit : Collage, AP)
Le président américain Joe Biden (à gauche) et le guide suprême iranien Ali Khamenei. (Crédit : Collage, AP)

Le guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei, a accusé mercredi les Etats-Unis de chercher à manipuler l’opinion publique iranienne en soutenant le mouvement de contestation déclenché à travers le pays par la mort en détention d’une jeune femme.

L’Iran est le théâtre de manifestations depuis la mort, le 16 septembre, de Mahsa Amini, une Kurde iranienne de 22 ans décédée trois jours après son arrestation à Téhéran par la police des mœurs, qui lui reprochait d’avoir enfreint le code vestimentaire strict de la République islamique, imposant notamment le port du voile pour les femmes.

« Les rapports des agences de renseignement montrent que l’ennemi avait établi un plan pour Téhéran ainsi que les grandes et petites villes » du pays, a indiqué M. Khamenei, faisant allusion, selon la télévision, au « rôle des Etats-Unis dans les récentes émeutes ».

Il a fait cette déclaration devant un groupe d’écoliers, invité à l’occasion de l’anniversaire du début de la prise d’otages de l’ambassade américaine à Téhéran le 4 novembre 1979.

« Leur plan, leur objectif, c’est d’obtenir que le peuple iranien les suive et que l’opinion du peuple iranien devienne identique à l’opinion des dirigeants britanniques et américains », a ajouté M. Khamenei.

Le mouvement de contestation a gagné ces derniers semaines plusieurs écoles à travers le pays et, selon des vidéos partagées en ligne, des écoliers ont crié des slogans hostiles au pouvoir et des écolières ont enlevé leur voile en signe de protestation.

Des manifestants chantent dans la ville iranienne de Saqez, après l’enterrement de Mahsa Amini (à droite), décédée après son arrestation par la soi-disant police des mœurs, le 17 septembre 2022. (Capture d’écran : Twitter ; avec l’aimable autorisation)

« La présence de quelques adolescents et jeunes (dans les rues), c’est l’apparence des choses. Ce sont nos propres enfants et nous n’avons aucune dispute avec eux. Ils ont participé (aux manifestations) en raison d’une certaine excitation et d’émotions et d’un manque de compréhension de ce qui se passe. Ceux qui comptent, ce sont les principaux metteurs en scène de (ces incidents) qui agissent derrière avec un plan », a-t-il dit.

L’indignation provoquée en Iran par la mort de Mahsa Amini a entraîné la plus grande vague de manifestations depuis les protestations de 2019 contre la hausse du prix de l’essence dans ce pays riche en pétrole.

« Dans la guerre complexe de ces dernières semaines, les États-Unis, le régime sioniste (Israël, NDLR), certaines puissances insidieuses en Europe et certains groupes ont déployé tous leurs moyens pour frapper la nation iranienne », a déclaré l’ayatollah Khamenei.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...