Khashoggi: un tribunal turc refuse de verser le rapport américain au dossier
Rechercher

Khashoggi: un tribunal turc refuse de verser le rapport américain au dossier

Washington a rendu public un rapport des services de renseignement accusant Mohammed ben Salmane d'avoir "validé" le meurtre du journaliste

Le journaliste saoudien Jamal Khashoggi au World Economic Forum à Davos, le 21 janvier 2011. (Crédit : AP Photo/Virginia Mayo, File)
Le journaliste saoudien Jamal Khashoggi au World Economic Forum à Davos, le 21 janvier 2011. (Crédit : AP Photo/Virginia Mayo, File)

Un tribunal turc a refusé jeudi de verser au dossier un rapport américain accusant le prince héritier d’Arabie saoudite d’avoir validé l’assassinat de l’opposant Jamal Khashoggi, lors du procès de cette affaire qui a lieu à Istanbul.

Jamal Khashoggi, un ancien proche du pouvoir saoudien dont il était devenu un féroce détracteur, a été assassiné en 2018 au consulat de son pays à Istanbul, un meurtre qui a suscité une onde de choc planétaire.

La semaine dernière, Washington a rendu public un rapport des services de renseignement américains accusant le puissant prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane, surnommé « MBS », d’avoir « validé » le meurtre de Khashoggi.

Lors de la troisième audience d’un procès par contumace qui a lieu à Istanbul, la fiancée turque de Khashoggi, Hatice Cengiz, a réclamé l’intégration de ce rapport dans le dossier, selon un journaliste de l’AFP.

Hatice Cengiz, fiancée du journaliste saoudien assassiné Jamal Khashoggi, s’adresse à la presse le 3 juillet 2020 alors qu’elle quitte le palais de justice d’Istanbul, après avoir assisté au procès de 20 suspects saoudiens dont deux anciens collaborateurs du prince héritier Mohammed ben Salmane, accusés d’avoir tué et démembré son fiancé en 2018. (Crédit : Ozan KOSE / AFP)

Mais le président de la cour a rejeté cette requête au motif que le rapport n' »apportera rien » au procès, tout en affirmant que Mme Cengiz pouvait renouveler sa requête auprès du procureur en charge de l’accusation.

Le rapport américain « attribue une responsabilité directe au prince héritier. Par conséquent, nous voulons que cela soit pris en compte par le tribunal », a déclaré Mme Cengiz après l’audience.

Au total, 26 Saoudiens, dont deux proches de MBS, sont jugés par contumace à Istanbul pour le meurtre de Khashoggi.

Lors de l’audience jeudi, le tribunal a auditionné deux employés turcs du consulat saoudien, un chauffeur et un agent de sécurité.

Le chauffeur, Edip Yilmaz, a affirmé que le jour du meurtre, le responsable de la sécurité du consulat avait fermé à clé la salle dans laquelle il se trouvait avec des collègues, avec interdiction de sortir jusqu’à nouvel ordre.

« Cela m’a donné l’impression que quelque chose d’anormal se passait », a-t-il déclaré.

Le meurtre de Khashoggi, dont les restes n’ont jamais été retrouvés, a plongé Ryad dans l’une de ses pires crises diplomatiques et terni l’image de MBS.

Ryad a affirmé qu’il a été tué lors d’une opération non autorisée. Cinq personnes ont été condamnées à mort lors d’un procès opaque en Arabie saoudite, mais leurs peines ont été commuées en 20 ans de prison.

Les relations entre Ankara et Ryad, deux rivaux régionaux, se sont considérablement dégradées après le meurtre.

Mais la Turquie, qui cherche à apaiser ses relations avec l’Arabie saoudite, s’est abstenue de commenter le rapport américain mettant en cause MBS.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...