Kohavi demande à Gantz de fermer ou d’abandonner la radio de l’armée
Rechercher

Kohavi demande à Gantz de fermer ou d’abandonner la radio de l’armée

Le chef de l'armée se lasse de servir de porte-parole aux journalistes de l'organe de presse, qui se situe entre l'organe de presse indépendant et le messager militaire

La salle de rédaction de la Radio de l'armée, composée à la fois de soldats conscrits et de civils. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash 90/File)
La salle de rédaction de la Radio de l'armée, composée à la fois de soldats conscrits et de civils. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash 90/File)

Le chef d’état-major de l’armée israélienne, Aviv Kohavi, a demandé au ministre de la Défense, Benny Gantz, de fermer la station de radio de l’armée, vieille de plusieurs décennies, ou tout au moins de la soustraire du contrôle de l’armée, a rapporté lundi la Douzième chaîne.

La radio de l’armée a longtemps dominé la scène médiatique en Israël, les nouvelles recrues occupant des postes de direction dans l’une des chaînes d’information les plus écoutées du pays – souvent à l’âge de 18 ans seulement. À la fin de leur service, beaucoup d’entre elles sont engagées pour des postes dans d’autres réseaux importants à travers le pays.

Le service d’information de la station est également composé de journalistes chevronnés qui ne se considèrent pas du tout comme obligés de suivre la ligne militaire.

La position de la radio en tant que média a donc toujours été délicate, fonctionnant simultanément, et parfois de manière discordante, comme une organisation d’information indépendante qui cherche à critiquer le gouvernement et comme un bras de Tsahal dédié à la couverture des troupes et à la promotion du récit de l’armée comme un domaine de consensus national.

Ces dernières années, la radio de l’armée a été mêlée à divers scandales liés aux déclarations de journalistes civils qui ont été critiqués par des éléments de droite comme étant trop controversés ou insuffisamment patriotiques pour une station censée représenter les troupes israéliennes.

Et sa fermeture potentielle, ou son retrait de la responsabilité de l’armée, est évoquée depuis des années pour résoudre sa crise de caractère. L’ancien chef de Tsahal, Gadi Eizenkot, avait également demandé à un moment donné que la station ne relève plus de l’armée.

Selon la Douzième chaîne, Kohavi a déclaré à divers responsables qu’il était frustré de devoir s’occuper des relations avec les médias pour la station et de commenter les controverses que ses reporters provoquent souvent.

Benny Gantz serait en train de réfléchir à sa position sur la question.

Un porte-parole de Tsahal a fait savoir à la chaîne qu’il « ne commenterait pas les choses dites dans des conversations privées ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...