La banque alimentaire, entre demande croissante de repas et manque de moyens
Rechercher

La banque alimentaire, entre demande croissante de repas et manque de moyens

A cause de la COVID-19, les dons de plats non utilisés provenant d'hôtels, d'entreprises et bases militaires ont diminué de plus de moitié alors que la demande a augmenté de 50 %

Une dame âgée reçoit un repas livré par Leket, la banque alimentaire nationale. (Avec l'aimable autorisation de Leket)
Une dame âgée reçoit un repas livré par Leket, la banque alimentaire nationale. (Avec l'aimable autorisation de Leket)

La banque alimentaire nationale d’Israël, Leket Israel, a vu les dons de nourriture non utilisée provenant des hôtels, des entreprises et des bases militaires chuter depuis l’apparition du coronavirus, alors que la demande de repas pour les personnes dans le besoin ne fait que croître.

Incapable de « sauver » des quantités suffisantes de nourriture supplémentaire et inutilisée comme elle en avait l’habitude, l’organisation devra trouver quelque 1,3 million de NIS pour acheter suffisamment de nourriture pour 65 000 repas pendant la prochaine période de fêtes religieuses, qui commence avec le nouvel an juif le 18 septembre.

Elle a déjà recueilli 16 millions de NIS cette année pour pouvoir fournir aux personnes dans le besoin 800 000 des 1,1 million de repas préparés depuis le début de la pandémie.

Les repas basés sur les aliments achetés coûtent 20 NIS chacun, tandis que ceux composés d’aliments « sauvés » ne coûtent que 3,5 NIS, pour couvrir la logistique.

Des bénévoles de Leket préparent des plateaux de nourriture pour les distribuer à des organisations gouvernementales et à but non lucratif qui livrent des repas aux personnes dans le besoin. (Avec l’aimable autorisation de Leket Israël)

Cet été, l’organisation a collecté l’équivalent d’environ 4 000 repas par jour en nourriture non utilisée, soit moins de la moitié des 8 800 repas quotidiens qu’elle a sauvés l’été dernier.

À Eilat, où les hôtels sont généralement pleins à cette époque et peuvent donner l’équivalent de 1 000 repas par jour en nourriture non utilisée, ce nombre est tombé à 500-600.

Les dons de fruits et légumes frais ont augmenté – de plus de 60 %, du 15 mars au 1er juillet – car les agriculteurs ont eu du mal à vendre leurs produits.

Mais les hôtels, qui fournissent des plats cuisinés et préparés, sont plus vides que d’habitude, car les touristes étrangers sont peu nombreux à y séjourner.

En outre, comme l’a expliqué Gidi Kroch, PDG de Leket Israël, les règlements du ministère de la Santé stipulent que les buffets des hôtels ne sont plus en libre-service. Les clients peuvent choisir ce qu’ils veulent en regardant à travers un écran transparent mais doivent faire la queue pendant qu’un serveur les sert. En conséquence, ils mangent moins, les hôtels commandent moins et les quantités de nourriture non utilisée ont diminué de façon spectaculaire.

Avec autant d’Israéliens en congé ou au chômage (850 000 personnes sont sans emploi, dont 530 000 en congé sans solde) ou travaillant à domicile, les salles à manger des entreprises ne sont pas non plus la source de salades et d’aliments cuits qu’elles étaient avant que le coronavirus ne frappe. Là aussi, les buffets ont disparu et les entreprises commandent le nombre exact de plateaux de plats préparés dont elles ont besoin.

Les bases de l’armée, qui s’ouvrent et se ferment en fonction des épidémies de coronavirus, utilisent également de plus en plus des plateaux alimentaires scellés.

Et si les aliments préparés non utilisés ont diminué de moitié, la demande de repas ne fait qu’augmenter.

« Les organisations à but non lucratif viennent nous voir pour obtenir plus d’aide. Il n’y a pas un jour où l’on ne nous demande pas », a déclaré M. Kroch. « Hier, par exemple, quelqu’un a appelé pour savoir si nous pouvions fournir de la nourriture à des jeunes en détresse ».

Des bénévoles de Leket trient des produits frais. (Avec l’aimable autorisation de Leket Israël)

Il a ajouté : « Nous ne nous attendons pas à ce que les choses s’améliorent de sitôt. Peut-être que d’ici la fin 2021, les choses reviendront à la normale ».

Les 1,1 million de repas distribués entre mars et juillet représentent une augmentation de 50 % par rapport à la même période l’année dernière.

Leket fonctionne comme une sorte de grossiste, livrant de la nourriture à des organisations telles que des associations à but non lucratif et des collectivités locales.

Il distribue actuellement ses produits à quelque 270 organisations, contre 350 pendant la période de confinement, mais 200 en temps normal.

La Banque alimentaire nationale est unique en ce sens que son seul objectif – en temps normal – est de sauver les excédents de nourriture en bon état et de les livrer aux personnes dans le besoin par l’intermédiaire d’organisations partenaires.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...