Rechercher

La Banque d’Israël augmente ses taux d’intérêts pour la 2e fois en deux mois

Le taux directeur augmente de 0,4 points de pourcentage à 0,75 % ; la banque centrale cite une forte croissance économique, un marché de l'emploi tendu et l'inflation en hausse

Le gouverneur de la Banque d'Israël  Amir Yaron s'exprime pendant une conférence de presse à Jérusalem, le 11 avril 2022. (Crédit : Flash90)
Le gouverneur de la Banque d'Israël Amir Yaron s'exprime pendant une conférence de presse à Jérusalem, le 11 avril 2022. (Crédit : Flash90)

La Banque d’Israël a augmenté son taux directeur, lundi, de 0,4 points de pourcentage – il passe donc de 0,35% à 0,75%. C’est la deuxième augmentation enregistrée en l’espace de deux mois alors que l’institution cherche à combattre l’inflation.

Le mois dernier, la Banque centrale avait fait passer le taux de 0,1% à 0,35% après l’avoir conservé à un niveau historiquement bas pendant la pandémie. L’augmentation du mois d’avril avait marqué la toute première hausse du taux d’intérêt depuis le mois de novembre 2018, après une baisse décidée en raison des dégâts essuyés par l’économie pendant la pandémie de COVID-19.

Cette augmentation a lieu alors que la banque d’Israël s’efforce de limiter la hausse de l’inflation et les prix du logement au sein de l’État juif.

Au mois de février, la banque centrale avait indiqué qu’elle recommencerait à augmenter graduellement son taux d’intérêt, citant les performances économiques fortes du pays parallèlement à la pandémie et des indications laissant entrevoir « une activité forte continue ».

Dans son annonce de lundi, la banque centrale a fait savoir que « l’activité économique en Israël continue à un haut niveau ».

« Les indicateurs des activités économiques continuent à montrer des niveaux proches de leur potentiel et l’effet de la pandémie sur l’économie a décliné de manière significative », a continué la banque.

Des personnes font des achats au marché de Mahane Yehuda à Jérusalem, le 15 juillet 2021 (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90).

La banque a toutefois précisé que les événements mondiaux contribuaient à l’inflation dans le monde et en Israël de manière spécifique.

« La guerre en Ukraine et ses répercussions, ainsi que le ralentissement des activités économiques en Chine en raison de la hausse du taux de morbidité de la COVID-19 dans le pays et de la réponse politique qui a été mise en place dans ce cadre, élargissent les interruptions dans la chaîne de production mondiale malgré une certaine baisse dans le prix des transports de marchandises », a noté la banque d’Israël dans un communiqué.

« Ce qui prolonge la crise de l’énergie, ce qui augmente les pressions de l’inflation et ce qui entraîne un ralentissement dans le rythme des activités économiques mondiales », a poursuivi le communiqué.

La banque a noté que l’inflation en Israël avait dépassé la limite supérieure de la cible de 4 % au cours des derniers mois, mais elle a souligné qu’elle restait encore « significativement inférieure à ce qu’elle est dans la plupart des économies avancées ».

La banque centrale a aussi noté que le shekel était affaibli de 4,6 % face au dollar depuis la dernière décision de politique monétaire, ajoutant que l’économie israélienne avait diminué de 1,6 % au cours du premier trimestre 2022 après avoir affiché une croissance vertigineuse en 2021.

Mais « les données économiques continuent à indiquer une activité forte », a remarqué le communiqué de la banque.

Des personnes au centre commercial Hadar à Jérusalem le 16 décembre 2021 (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Sur le marché du travail israélien, la banque a fait savoir que le pays était presque revenu au taux d’emploi d’avant la pandémie, mais elle a souligné que cette pénurie de travailleurs empêchait les entreprises de la majorité des industries de fonctionner à plein régime.

La banque a aussi noté la tendance à la hausse sur le marché du logement, qui ne montre aucun signe de ralentissement. Les prix ont grimpé de 16,3% au cours des douze derniers mois, a dit la banque, ce qui représente une augmentation de 5% par rapport aux données du mois dernier.

Prenant en considération la forte croissance économique d’Israël, un marché de l’emploi tendu et une hausse continue de l’environnement de l’inflation, la banque centrale a dit avoir décidé de « continuer le processus graduel d’augmentation du taux d’intérêt », remarquant que « le rythme de la hausse du taux d’intérêt sera déterminé en fonction des données sur l’activité et de la hausse de l’inflation, afin de continuer à soutenir la réalisation des objectifs politiques déterminés ».

Les analystes financiers s’attendent à ce que le taux d’intérêt, en Israël, augmente de 1,5 point à 2 points au cours des douze prochains mois.

Ricky Ben-David et Tobias Siegal ont contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...