La belle-mère du chef terroriste Mohammed Deif lui offre ses autres filles
Rechercher

La belle-mère du chef terroriste Mohammed Deif lui offre ses autres filles

Ce serait "un honneur" que de voir l'une de ses autres filles épouser le chef du Hamas, dit Zeian Asfura

L'enterrement de la femme de Mohammed Deif , le 20 août 2014 (Crédit : AFP Photo/Roberto Schmidt).
L'enterrement de la femme de Mohammed Deif , le 20 août 2014 (Crédit : AFP Photo/Roberto Schmidt).

La belle-mère endeuillée du chef terroriste du Hamas Mohammed Deif s’est dit être « honorée » s’il devait marier ses deux autres filles, même si cela a pour conséquence qu’elles deviennent à leur tour des « martyrs ».

La femme Widad, son fils et la fille de Deif ont été tués la semaine dernière dans un raid aérien israélien visant Deif, le chef militaire du Hamas a été déclaré par Israël responsable de la mort de centaines d’Israéliens dans une carrière de terroriste remontant au début des années 1990.

Croyant apparemment que Deif a survécu à l’attaque israélienne, la mère de Widad, Zeian Asfura, 61 ans, a dit au Sunday Times de Londres, dans une interview publiée dimanche : « Si Deif demandait la main d’une de mes autres filles, je serai heureux d’y consentir et ce même si, elle aussi, venait à devenir une martyr ».

« C’est un honneur d’avoir Deif pour mari pour mes filles et un père pour leurs enfants », a ajouté Asfura.

Le Hamas affirme que Deif a survécu à la tentative d’élimination de mardi, mais n’a produit aucun signe de vie.

Asfura affirme que quand elle a consenti au mariage en 2011, elle a réalisé la probable issue fatale. « Quand j’ai accepté le mariage, j’ai en effet consenti à un destin de martyr pour ma fille », dit-elle.

La frappe visant Deif a été suivie mercredi dernier par une frappe israélienne dans laquelle trois autres principaux chefs terroristes du Hamas ont été tués.

Le Hamas a depuis exécuté plus de 20 « collaborateurs » présumés d’Israël, alors qu’il sait que l’intelligence israélienne s’est avérée capable de repérer certains des mouvements de ses dirigeants.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...