La campagne de vaccination s’accélère pour les Israéliens de 60 ans et plus
Rechercher

La campagne de vaccination s’accélère pour les Israéliens de 60 ans et plus

"Cela ne fait pas mal du tout", dit une femme qui vient de se faire vacciner ; environ 200 000 Israéliens avaient pris rendez-vous, dimanche soir, pour se faire immuniser

  • Une citoyenne israélienne se fait vacciner contre la COVID-19 dans un centre de vaccination de la Meuhedet à Jérusalem, le 21 décembre 2020. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)
    Une citoyenne israélienne se fait vacciner contre la COVID-19 dans un centre de vaccination de la Meuhedet à Jérusalem, le 21 décembre 2020. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)
  • Un citoyen israélien se fait vacciner contre la COVID-19 dans un centre de vaccination de la Meuhedet à Jérusalem, le 21 décembre 2020. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)
    Un citoyen israélien se fait vacciner contre la COVID-19 dans un centre de vaccination de la Meuhedet à Jérusalem, le 21 décembre 2020. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)
  • Un citoyen israélien se fait vacciner contre la COVID-19 dans un centre de vaccination de la Meuhedet à Jérusalem, le 21 décembre 2020. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)
    Un citoyen israélien se fait vacciner contre la COVID-19 dans un centre de vaccination de la Meuhedet à Jérusalem, le 21 décembre 2020. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)
  • Un citoyen israélien se fait vacciner contre la COVID-19 dans un centre de vaccination de la Meuhedet à Jérusalem, le 21 décembre 2020. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)
    Un citoyen israélien se fait vacciner contre la COVID-19 dans un centre de vaccination de la Meuhedet à Jérusalem, le 21 décembre 2020. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)
  • Un citoyen israélien se fait vacciner contre la COVID-19 dans un centre de vaccination de la Meuhedet à Jérusalem, le 21 décembre 2020. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)
    Un citoyen israélien se fait vacciner contre la COVID-19 dans un centre de vaccination de la Meuhedet à Jérusalem, le 21 décembre 2020. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Les caisses médicales ont commencé à vacciner les citoyens âgés de plus de 60 ans contre le coronavirus, dans la journée de lundi, alors que la campagne se tourne pour la toute première fois vers le public. Dimanche, ce sont 10 000 employés du secteur de la santé et certains responsables publics qui ont reçu la première dose de vaccination contre la COVID-19, lançant la campagne d’immunisation dans le pays.

« C’est comme une piqûre habituelle. Cela ne fait pas mal du tout », a expliqué au micro de la radio militaire Shosh Peri, une femme qui a rendu visite à son époux hospitalisé pour une forme grave du coronavirus au centre médical Sheba.

Le ministre de la Santé Yuli Edelstein a appelé toutes les personnes âgées de 60 ans et plus de se faire vacciner, expliquant que « c’est le seul moyen de combattre le virus ».

Après les Israéliens âgés de soixante ans et plus, ce sont les citoyens travaillant dans des environnements à haut-risque de contamination – enseignants, travailleurs sociaux, premiers secours, employés du secteur carcéral (les prisonniers seront aussi prioritaires), soldats et autres personnels de sécurité – qui recevront l’injection.

Viendra ensuite le reste de la population, à l’exception des Israéliens de moins de 16 ans, avec un calendrier qui dépendra de l’approvisionnement en doses de vaccin en Israël et de l’importance du nombre de demandes émanant des groupes prioritaires.

Le ministère de la Santé a élargi les critères concernant les personnes susceptibles de se faire vacciner, revenant sur un avis précédent qui conseillait aux femmes enceintes de ne pas recevoir l’injection, a indiqué la Douzième chaîne. C’est le cas également des femmes qui tentent de tomber enceinte et des femmes allaitantes.

Une restriction qui avait écarté de la vaccination les personnes présentant des antécédents allergiques graves a également été levée, a ajouté la chaîne, et seulement les Israéliens souffrant d’allergies spécifiques à l’un des composants du contenu du vaccin restent exclus du processus. La chaîne n’a pas précisé les composants potentiellement problématiques, mais elle a expliqué que les informations nécessaires seraient transmises par les caisses médicales aux personnes venues se faire vacciner.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...