La chaîne YouTube du nationaliste blanc Nick Fuentes interdite pour racisme
Rechercher

La chaîne YouTube du nationaliste blanc Nick Fuentes interdite pour racisme

Fuentes dirige la Groyper Army, un groupe de jeunes militants d'extrême droite voulant pousser les conservateurs vers le nationalisme blanc ; il continuera à diffuser sur DLive

Nick Fuentes, étudiant conservateur et partisan du président américain Donald Trump, répond à une question lors d'un entretien avec l'Agence France-Presse à Boston, Massachusetts, le 9 mai 2016. (WILLIAM EDWARDS/AFP)
Nick Fuentes, étudiant conservateur et partisan du président américain Donald Trump, répond à une question lors d'un entretien avec l'Agence France-Presse à Boston, Massachusetts, le 9 mai 2016. (WILLIAM EDWARDS/AFP)

La chaîne YouTube du nationaliste blanc Nick Fuentes a été interdite pour discours de haine.

Fuentes dirige la « Groyper Army », un groupe de jeunes militants d’extrême droite qui veulent pousser le conservatisme dominant vers le nationalisme blanc. Il a remis en question le nombre de Juifs qui ont été tués lors de la Shoah et pense qu’Israël a une influence malveillante sur la politique américaine.

Samedi, Fuentes a révélé les nouvelles concernant sa chaîne à ses 86 600 followers sur Twitter.

Il a annoncé que son émission sur YouTube se poursuivra la semaine prochaine sur DLive, un site de streaming en direct sur la blockchain.

En 2018, Fuentes a déclaré qu’il évitait le terme « nationaliste blanc » pour des raisons purement tactiques.

« La raison pour laquelle je ne me qualifierais pas de nationaliste blanc, ce n’est pas parce que je ne vois pas la nécessité pour les blancs d’avoir une patrie et pour les blancs d’avoir un pays », a déclaré M. Fuentes. « C’est parce que je pense que ce genre de terminologie est utilisé presque exclusivement par la gauche pour diffamer et je pense que la terminologie et les étiquettes que nous utilisons – je ne pense pas que nous puissions les considérer en dehors du contexte de leurs connotations en Amérique. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...