Rechercher

La chef de la Cour suprême fustige un projet de réforme du système judiciaire

"Le nouveau projet du ministre de la Justice ne vise pas à améliorer le système judiciaire mais à l'écraser", a déclaré Esther Hayut

La présidente de la Cour suprême, Esther Hayut, assistant à une conférence à Haïfa, le 12 janvier 2023. (Crédit : Shir Torem/Flash90)
La présidente de la Cour suprême, Esther Hayut, assistant à une conférence à Haïfa, le 12 janvier 2023. (Crédit : Shir Torem/Flash90)

La présidente de la Cour suprême israélienne a fustigé jeudi un projet controversé de réforme du système judiciaire porté par l’équipe du Premier ministre Benjamin Netanyahu, le qualifiant d' »attaque débridée » contre la justice, dans une (très) rare critique du gouvernement.

Cette réforme comprend l’introduction d’une clause « dérogatoire » permettant au Parlement de surseoir aux décisions de la Cour suprême, avec un vote à la majorité simple, et la modification du processus de nomination des juges, qui devront entre autres être désignés par des responsables politiques.

En l’absence de Constitution, la Cour suprême, plus haute juridiction israélienne, fait office de garde-fou du pouvoir politique et se pose en garant des libertés individuelles. Son rôle est d’autant plus important lorsqu’un bloc politique détient une majorité nette à la Knesset, comme c’est le cas à la suite des dernières élections.

« Le nouveau projet du ministre de la Justice ne vise pas à améliorer le système judiciaire mais à l’écraser », a déclaré Esther Hayut, à propos de la réforme proposée par Yariv Levin qui veut notamment accroître le pouvoir des élus sur celui des magistrats.

« Il s’agit d’une attaque débridée contre le système judiciaire, comme s’il représentait un ennemi qui devait être (…) écrasé », a ajouté la juge dont les propos tenus lors d’une conférence ont été rapportés par l’administration judiciaire.

Hayut a indiqué qu’il ne s’agissait ni plus ni moins à donner à la Knesset un « chèque en blanc » pour adopter toute législation qui lui plaît – même en violation des droits civils fondamentaux – et priver les tribunaux des outils nécessaires pour contrôler le pouvoir exécutif ».

S’il est mis en œuvre, « le 75e anniversaire de l’indépendance d’Israël restera dans les mémoires comme l’année au cours de laquelle l’identité démocratique du pays a reçu un coup fatal, » a-t-elle affirmé.

Hayut a rejeté les arguments selon lesquels les plans de Levin étaient nécessaires pour faire respecter la volonté de la majorité, affirmant que même si la règle de la majorité était « un principe fondamental au cœur d’un régime démocratique », la démocratie était néanmoins bien plus que la règle de la majorité.

« Quiconque prétend que la majorité qui a élu ses représentants à la Knesset leur donnait un ‘chèque en blanc’ pour qu’ils fassent ce qu’ils veulent, prend le mot de démocratie en vain », a déclaré le président de la Cour suprême.

« L’une des fonctions les plus importantes d’un tribunal dans un pays démocratique est d’assurer une protection efficace des droits humains et civils dans le pays », a-t-elle poursuivi, ajoutant que l’indépendance des tribunaux était une garantie essentielle de la liberté individuelle.

« C’est la garantie que la règle de la majorité ne se transforme pas en tyrannie de la majorité », a déclaré Hayut.

« La clause dérogatoire prévue permet à la Knesset, avec le soutien du gouvernement, de promulguer sans entrave des lois qui porteraient atteinte à ces droits », a expliqué la présidente de la Cour suprême. « En fait, ce dont nous parlons, c’est de passer outre les droits humains de chaque individu dans la société israélienne. »

Hayut a également fustigé le projet de Levin d’interdire à la Haute Cour d’utiliser la règle de « raisonnabilité » pour déterminer si les décisions administratives sont « raisonnables » et ont été prises en tenant compte de tous les facteurs pertinents.

Elle a énuméré une longue liste d’exemples dans lesquels le tribunal avait utilisé ce principe dans le passé pour faire respecter des droits essentiels et défendre les citoyens israéliens, y compris des cas dans lesquels le droit aux prestations sociales, le droit aux services de maternité de substitution pour les couples LGBTQ, le droit aux services religieux et les droits à la liberté d’expression et de réunion ont tous été confirmés par la Haute Cour.

« En d’autres termes, si les décisions du gouvernement seront le dernier mot et que le tribunal sera sans outils pour remplir son rôle – il ne sera pas possible de garantir la protection des droits dans les cas où les autorités gouvernementales violent ces droits, que ce soit par voie législative ou par le biais d’une décision administrative, dans une mesure qui dépasse ce qui est requis », a déclaré Hayut.

Elle a poursuivi en dénonçant les changements prévus à la commission de sélection des juges, qui donneraient au gouvernement un contrôle total sur la nomination des juges de tous les tribunaux, y compris la Cour suprême, par opposition au système plus équilibré en vigueur depuis 1953.

« Les allégations sans fondement soulevées contre le système actuel d’élection des juges visent à dissimuler la véritable raison de ces changements – qui est le désir de provoquer la politisation complète de la nomination des juges en Israël, en créant un comité d’élection. des juges dans lesquels les politiciens auront une majorité automatique », a déclaré Hayut.

La présidente de la Cour suprême a également insisté sur le fait que la Cour a, au fil des ans, utilisé ses pouvoirs de contrôle judiciaire avec prudence et retenue, affirmant spécifiquement qu’elle n’avait pas fait un usage indu du critère du caractère raisonnable comme le prétendent Levin et d’autres.

« Ce sont de fausses affirmations, et les changements détaillés dans le plan ne sont pas seulement inutiles pour équilibrer les branches du gouvernement, mais leur mise en œuvre est ce qui constituera une violation grave et dangereuse de l’équilibre délicat entre elles », a fait valoir Hayut.

Elle a déclaré que depuis l’adoption de la Loi fondamentale : Dignité et liberté humaines en 1992, qui a ouvert la voie à un contrôle judiciaire élargi, la Haute Cour n’est intervenue dans la législation de la Knesset qu’à 21 reprises « sur des milliers de lois adoptées par la Knesset pendant la même période. »

Hayut a déclaré que les plus hauts tribunaux des États-Unis, du Canada et d’Allemagne avaient fait beaucoup plus usage de leurs pouvoirs de contrôle judiciaire et avaient invalidé beaucoup plus de lois que la Haute Cour israélienne.

« Nous parlons de révoquer des outils juridiques qui appartiennent au public, qui existent pour le public et qui sont utilisés par le tribunal au profit du public », a-t-elle poursuivi.

« Cela portera gravement atteinte à l’indépendance des juges et à leur capacité à remplir fidèlement leur rôle de fonctionnaires. La signification de ce mauvais plan est donc de changer l’identité démocratique du pays au-delà de toute reconnaissance. »

Les juges en Israël n’ont pas le droit de commenter publiquement des sujets politiques.

Le chef de l’opposition, Yair Lapid, a cependant apporté son plein soutien à Hayut, affirmant que l’opposition « se tiendrait à ses côtés dans la lutte pour l’âme du pays » et la tentative de « démanteler » la démocratie israélienne.

S’exprimant lors de la même conférence, la procureure générale Gali Baharav-Miara a également condamné les propositions du gouvernement visant à secouer le système judiciaire, tout en adoptant un ton moins fougueux que Hayut.

Baharav-Miara a déclaré que les propositions de Levin créeront un « système déséquilibré de freins et contrepoids » et que « le principe de la règle de la majorité relèguera d’autres valeurs démocratiques dans un coin ».

La procureure générale a également déclaré que le gouvernement n’avait pas présenté les différents textes de loi pour mener à bien ces réformes à son bureau, comme il est d’usage pour les projets de loi du gouvernement.

« En tant que juristes au service du public, nous devons exprimer clairement notre opinion professionnelle », a déclaré Baharav-Miara.

Elle a également condamné les attaques au vitriol contre les conseillers juridiques et les procureurs de l’État, affirmant que ces attaques étaient « irresponsables » et donnaient lieu à des « agressions » contre ces professionnels du droit dans les tribunaux et autres lieux publics.

Le ministre de la Justice, Yariv Levin, lors d’une audience de la commission de la Constitution, du Droit et de la Justice de la Knesset, le 11 janvier 2023. (Autorisation)

Réagissant à la déclaration de Hayut, M. Levin a accusé Mme Hayut de chercher à « inciter à des émeutes ».

« Il s’avère qu’il y a un autre parti en Israël – un parti qui ne s’est pas présenté aux élections il y a deux mois, un parti qui se place au-dessus de la Knesset, au-dessus du référendum public », a-t-il allégué.

« Ce que nous avons entendu ce soir vient directement des manifestations du Drapeau noir, c’est le même programme politique », a-t-il dit, faisant référence aux manifestants anti-corruption qui se rassemblent régulièrement contre le Premier ministre Benjamin Netanyahu, qui est jugé pour corruption dans une série d’affaires. « C’est le même cri pour mettre le feu aux rues. »

« Nous n’avons pas entendu la neutralité. Nous n’avons pas entendu une position juridique équilibrée. Nous avons entendu les paroles des politiciens, incitant les manifestants », a estimé Levin.

« La réforme que j’ai présentée fera à nouveau d’Israël une démocratie occidentale qui fonctionne. Elle permettra d’assurer un système judiciaire diversifié qui reflète la nation entière », a-t-il dit à la télévision.

« Je suis engagé dans un dialogue avec toutes les parties (…) pour obtenir les résultats les meilleurs et les plus équilibrés », a assuré M. Levin qui avait annoncé la semaine dernière son projet.

Des avocats se rassemblent lors d’une manifestation contre les plans controversés du gouvernement israélien visant à remanier le système judiciaire, devant la Cour de justice du district de Tel Aviv, le 12 janvier 2023. (Crédit : JACK GUEZ / AFP)

Plus tôt dans la journée à Tel-Aviv, des centaines d’avocats ont scandé « Honte, honte! » et « Nous ne laisserons pas faire », ont constaté des journalistes de l’AFP. « La Cour suprême nous protège tous », pouvait-on lire sur des pancartes brandies devant le tribunal du district de Tel-Aviv.

« La nomination des juges sera politique. Les tribunaux ne seront pas indépendants mais contrôlés par les politiciens », s’est inquiétée Maître Orna Sher, 66 ans.

« C’est dangereux car les réflexions des politiciens sont guidées par l’intérêt de leurs propres partis et non ceux de l’ensemble de la population », a-t-elle ajouté, s’alarmant auprès de l’AFP d’une séparation défaillante des pouvoirs, pourtant « indispensable à la démocratie ».

Dans une lettre ouverte publiée jeudi, d’anciens procureurs se sont dits « choqués » par la réforme proposée. « Nous sommes convaincus que le projet ne permettra pas une amélioration du système (judiciaire) mais menace de le détruire », ont écrit les 11 magistrats.

La réforme est proposée alors que le Premier ministre Benjamin Netanyahu est jugé pour corruption dans une série d’affaires.

Déjà en poste de 1996 à 1999 puis de 2009 à 2021, il a formé fin décembre le gouvernement le plus à droite de l’histoire d’Israël avec ses alliés ultra-orthodoxes et d’extrême droite, après être arrivé vainqueur aux législatives du 1er novembre.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.