La chef de l’UNESCO jure de lutter contre les ‘visions dénaturées’ de l’Histoire
Rechercher

La chef de l’UNESCO jure de lutter contre les ‘visions dénaturées’ de l’Histoire

Le ministre de l’Education a rompu les liens avec l’agence de l’ONU à l‘issue du vote de la résolution portant sur Jérusalem

Irina Bokova, directrice générale de l'UNESCO. (Crédit : WikiCommons)
Irina Bokova, directrice générale de l'UNESCO. (Crédit : WikiCommons)

En amont d’un nouveau vote à l’UNESCO portant sur une résolution effaçant les liens des Juifs à Jérusalem, la présidente de l’organisation culturelle des Nations unies a juré de lutter contre les efforts qui viseraient à saper le droit à l’existence de l’état d’Israël, « notamment ceux qui s’appuient sur des visions de la culture et de l’Histoire biaisées ou partiales ».

Dans une lettre datée du 18 octobre, la directrice-générale de l’UNESCO Irina Bokova a voulu répondre à l’annonce de la suspension des liens avec l’agence de l’ONU par le ministre de l’Education israélien, Naftali bennett.

A la suite du vote controversé sur le mont du Temple, la semaine dernière, Bennett avait annoncé qu’il mettrait un terme à sa coopération avec l’UNESCO, disant que la motion était un déni de l’histoire qui « va stimuler encore davantage le terrorisme ».

Cette suspension intervient à la suite d’une résolution controversée qui a été avalisée par les états-membres et ratifiée la semaine dernière, résolution ignorant les liens juifs et chrétiens au mont du Temple.

Le Comité du Patrimoine mondial doit voter dans la semaine un texte similaire omettant la connexion des Juifs avec Jérusalem et le mont du Temple.

“Permettez-moi de vous assurer encore une fois de mon engagement absolu à continuer tous les efforts pour contrer toutes les formes d’antisémitisme, dont ceux qui s’appuient sur des visions de la culture et de l’histoire biaisées ou partiales, ainsi que ceux qui cherchent à défier l’existence même d’Israël”, a écrit Bokova dans sa missive dont une copie a été distribuée par le bureau de Bennett dimanche.

“Je suis déterminée à continuer à oeuvrer en faveur de cet objectif et à redoubler d’efforts pour construire la confiance sur la base du respect et de la compréhension mutuels, qui sont les principes de directeurs de l’organisation.”

Bokova a noté que les décisions prises par l’UNESCO le sont par les états-membres et non pas par son directeur-général.

Elle a par ailleurs souligné qu’elle avait dans le passé recommandé aux membres de l’agence de ne pas aider à l’exacerbation des tensions contre Israël.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...