Israël en guerre - Jour 190

Rechercher

La cheffe d’Avoda accuse Netanyahu et Ben Gvir d’avoir provoqué la mort de Rabin

Lors d’une commémoration à Jérusalem, Merav Michaeli a expliqué que les provocations de ses rivaux avaient conduit à l’assassinat de l’ex-Premier ministre il y a 27 ans

La leader du parti Avoda, Merav Michaeli, prend la parole lors de l'hommage rendu à l’ex-Premier ministre Yitzhak Rabin sur la place Zion à Jérusalem, le 29 octobre 2022. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
La leader du parti Avoda, Merav Michaeli, prend la parole lors de l'hommage rendu à l’ex-Premier ministre Yitzhak Rabin sur la place Zion à Jérusalem, le 29 octobre 2022. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Comme chaque année, Avoda a organisé, samedi, sur la place Sion de Jerusalem, un événement en souvenir de Yitzhak Rabin, ex-Premier ministre et chef du parti assassiné en 1995.

Cette année, la commémoration est tombée trois jours avant les élections.

Au cours de l’événement – auquel n’ont pas pris part les membres de la famille de Rabin – l’actuelle dirigeante d’Avoda, Merav Michaeli, s’en est prise à ses rivaux politiques – le chef de l’opposition Benjamin Netanyahu et le député d’extrême droite Itamar Ben Gvir – à propos d’une manifestation d’opposants aux accords d’Oslo tenue sur la place Sion en 1995, un mois avant l’assassinat de Rabin par un extrémiste de droite lors d’un rassemblement à Tel Aviv.

« Un grand et courageux dirigeant israélien, qui a permis au pays de grandes avancées et même de conclure la paix, a été traité ici-même de traître. Ici-même, des voix ont crié ‘À mort, Rabin’ », a rappelé Michaeli, évoquant les slogans entendus lors de la manifestation de 1995.

« Ici-même, Itamar Ben Gvir a brandi des affiches de Rabin revêtu de l’uniforme SS. Le même Itamar Ben Gvir qui tente aujourd’hui de se faire passer pour un gentil, en réécrivant l’histoire », a-t-elle ajouté, référence à peine voilée aux tentatives du député d’extrême droite de donner de lui une image plus modérée.

Ben Gvir, adolescent au moment de l’assassinat de Rabin, a été filmé en train de menacer Rabin, tenant à la main le macaron arraché à la calandre du véhicule officiel de l’homme politique.

Contrairement à ce qu’a pu affirmer Michaeli, Ben Gvir serait étranger à l’affaire des affiches de Rabin en uniforme nazi.

Itamar Ben Gvir montrant le macaron de la voiture de l’ancien Premier ministre Yitzhak Rabin, dans une interview d’octobre 1995. (Crédit : Capture d’écran/YouTube/IBA)

Michaeli s’en est également prise à Netanyahu, déjà à la tête du Likud, dans l’opposition à l’époque, pour avoir assisté et pris la parole lors de la manifestation de 1995.

« Sur ce balcon, se tenait le chef du Likud, organisateur de la manifestation, heureux d’entendre ces slogans », a-t-elle indiqué.

D’autres membres du Likud, également opposés aux accords d’Oslo – Benny Begin, David Levy et Dan Meridor – se sont eux retirés. Ils ne souhaitaient pas être associés à ce déversement de haine. Pas le président du Likud, qui est resté [au balcon], tout sourire, manifestement satisfait de son succès.

Benjamin Netanyahu, alors chef de l’opposition, surplombe un rassemblement de droite sur la place Sion à Jérusalem en 1995. Le slogan sur le panneau en dessous de lui dit : « La nation n’a pas décidé » et est une création de Hagi Ben Artzi. (Capture d’écran : YouTube)

« Ceux qui nient qu’Yitzhak Rabin a été tué pour des motifs politiques et que les incitations à la haine envers lui ont été sciemment et patiemment distillées, sont complices des responsables de sa mort, qui se sont tenus ici-même, place Sion, et qui tentent aujourd’hui de réécrire l’histoire », a-t-elle déclaré.

L’ex-ministre des Affaires étrangères, Tzipi Livni, et le militant travailliste Yair Fink ont également pris la parole lors de l’événement.

Les médias israéliens estiment à environ un millier le nombre de participants à cet événement.

Le président Clinton invite le Premier ministre israélien Yitzhak Rabin (à gauche) et le chef de l’OLP Yasser Arafat à se serrer la main dans la Chambre Est de la Maison Blanche, le jeudi 28 septembre 1995. Le président égyptien Hosni Mubarak est derrière Arafat. (Crédit : AP Photo/Doug Mills)

Aucun membre de la famille Rabin n’a assisté au rassemblement de cette année, qui a eu lieu quelques jours avant les élections du 1er novembre.

La commémoration annuelle a généralement lieu le samedi précédant ou suivant le 4 novembre, date à laquelle Rabin a été abattu par Yigal Amir.

Traditionnellement organisé sur la place Rabin de Tel Aviv, lieu de l’assassinat, le rassemblement a, cette année, eu lieu à Jérusalem en raison des travaux en cours sur la place de Tel Aviv.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.