La chercheuse du vaccin Pfizer promet un traitement ARN messager anti-cancer
Rechercher

La chercheuse du vaccin Pfizer promet un traitement ARN messager anti-cancer

Özlem Türeci, directrice médicale du laboratoire BioNTech, a annoncé que des traitements anticancéreux qui se basent sur l’ARN messager seront disponibles d'ici quelques années

Ugur Sahin et Özlem Türeci, mari et femme et respectivement directeur général et directrice médicale du laboratoire allemand BioNTech, lors de la cérémonie de remise du prix Axel Springer diffusée via Internet, le 18 mars 2021. (Crédit : Bernd von Jutrczenka / DPA via AP, Pool)
Ugur Sahin et Özlem Türeci, mari et femme et respectivement directeur général et directrice médicale du laboratoire allemand BioNTech, lors de la cérémonie de remise du prix Axel Springer diffusée via Internet, le 18 mars 2021. (Crédit : Bernd von Jutrczenka / DPA via AP, Pool)

Avant de travailler sur un vaccin contre le coronavirus dès janvier 2020 et de s’allier avec la société américaine Pfizer, Ugur Sahin et Özlem Türeci, mari et femme et respectivement directeur général et directrice médicale du laboratoire allemand BioNTech, étaient loin d’être des inconnus de la communauté scientifique.

Depuis plusieurs années, ils comptent parmi les figures en vue de la recherche contre le cancer et ont juré de « révolutionner » les traitements. Ils entendent ainsi utiliser la technologie de l’ARN messager, qui consiste à injecter dans l’organisme des brins d’instructions génétiques pour dicter aux cellules le mécanisme de défense à adopter contre une maladie, dans leur traitement contre le cancer – comme ils l’ont fait pour leur vaccin contre le coronavirus. Ils travaillent sur ce projet depuis une vingtaine d’années.

Dans une interview avec l’Associated Press, la chercheuse Özlem Türeci a ainsi annoncé que ce traitement contre le cancer arriverait « dans quelques années ».

« Nous avons plusieurs vaccins anticancéreux différents qui se basent sur l’ARN messager », a-t-elle déclaré. Elle a ajouté qu’il était compliqué d’avancer une date de mise sur le marché, mais qu’ils devraient arriver « d’ici seulement quelques années ».

Dans l’interview, elle a également tenu à rassurer face aux craintes concernant les vaccins – outre celui de Pfizer/BioNTech, le vaccin Moderna utilise la technologie de l’ARN messager.

« Il existe un processus en place très rigide qui ne prend pas fin après l’approbation d’un vaccin », a-t-elle déclaré. « En fait, cela se poursuit maintenant à travers le monde, où les régulateurs ont utilisé des systèmes de rapports pour dépister et évaluer toutes les observations faites avec nos vaccins ou d’autres. »

La société BioNTech est aujourd’hui forte de quelque 1 500 salariés et est soutenue par d’importants investisseurs privés.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...