La Cisjordanie et Gaza bouclées pour Pessah, annonce l’armée
Rechercher

La Cisjordanie et Gaza bouclées pour Pessah, annonce l’armée

Les checkpoints et les carrefours seront fermés à partir du jeudi matin et jusqu'à la fin de la fête d'une semaine

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

La police des frontières au checkpoint de Qalandiya, le 23 octobre 2012. Illustration. (Crédit : Oren Nahshon/Flash90)
La police des frontières au checkpoint de Qalandiya, le 23 octobre 2012. Illustration. (Crédit : Oren Nahshon/Flash90)

L’armée a annoncé mercredi qu’elle imposera une fermeture de dix jours sur la Cisjordanie et sur Gaza durant toute la fête de Pessah, qui commence jeudi.

Les carrefours d’entrée en Cisjordanie et vers Gaza seront fermés à partir de minuit une jeudi jusqu’au dimanche 7 avril suivant à minuit, ont fait savoir les militaires.

Au cours de cette fermeture, l’armée ne permettra le passage des Palestiniens que « dans des cas humanitaires, médicaux et exceptionnels avec l’approbation du coordinateur des activités gouvernementales dans les territoires [du ministère de la Défense] », selon un communiqué de l’armée.

En période ordinaire, ce sont des milliers de Palestiniens de Cisjordanie qui rentrent quotidiennement pour travailler en Israël et dans les implantations israéliennes. Ils sont bien moins nombreux chez les habitants de Gaza à venir en Israël, majoritairement pour s’y faire soigner.

Ces fermetures durant les fêtes juives et israéliennes sont une procédure de routine, qui ont pour objectif d’empêcher des tentatives d’attentats terroristes en Israël pendant les périodes de fête et de permettre aux responsables de la sécurité au sein de l’Etat juif de participer eux aussi aux réjouissances.

Ces fermetures annoncées surviennent dans un contexte de tensions accrues en Cisjordanie et à Gaza alors que les Palestiniens se préparent à lancer la « marche du retour », longue de six semaines, qui doit commencer vendredi avec la « journée de la terre », qui marque l’expropriation par le gouvernement israélien des terres appartenant aux Arabes en Galilée le 30 mars 1976 et les manifestations qui avaient suivi, au cours desquelles six arabes israéliens avaient trouvé la mort.

Les responsables militaires ont indiqué s’attendre à voir une augmentation des violences lors de ces prochaines semaines – une période historiquement tendue – en raison d’une convergence d’événements dont l’apogée sera, mi-mai, la célébration de la Nakqa – catastrophe – de la naissance d’Israël, le début du mois sacré musulman du Ramadan et l’ouverture de l’ambassade américaine à Jérusalem.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...