La communauté juive de Créteil a rendu un dernier hommage à Alain Ghozland
Rechercher

La communauté juive de Créteil a rendu un dernier hommage à Alain Ghozland

Une autopsie était programmée dans la matinée de mercredi ; : les causes de la mort restent pour le moment indéterminées

Alain Ghozland (Crédit : Capture d’écran Facebook)
Alain Ghozland (Crédit : Capture d’écran Facebook)

Alain Ghozland, conseiller municipal de Créteil (Les Républicains), âgé de 73 ans et originaire d’Algérie, a été retrouvé mort hier matin à son domicile.

Il a été retrouvé par son frère gisant sur le sol, le visage tuméfié, ayant reçu des coups. Sa carte bancaire et sa voiture ont disparu.

L’autopsie sera effectuée dans la matinée de mercredi et déterminera si ce sont les présumés coups qui sont à l’origine du décès du conseiller municipal rapporte Le Parisien.

Hier, en de soirée, le site RTL a rapporté que « son corps a été retrouvé lardé de plusieurs coups de couteau, » sans préciser la source.

« Pour l’instant, aucune thèse n’est privilégiée même si le caractère crapuleux des faits semble établi. Les investigations se poursuivent sur tous les aspects. » a tenu à préciser mardi soir le parquet de Créteil.

Cet homme dévoué à sa famille, notamment à sa mère de 102 ans, à la communauté juive de Créteil et à la politique a été salué par la classe politique et par les citoyens de Créteil.

« C’était une personnalité appréciée de tout le monde. Je ne lui connaissais aucun ennemi. Donc, on est sous le choc, » témoigne un ami de la victime, Michel Zerbib, au micro d’Europe 1.

Joint par l’AFP, le maire PS de Créteil, Laurent Cathala, qui s’est rendu sur place, a salué « un conseiller municipal d’opposition apprécié de tout le monde », « un humaniste » élu depuis 1995. Il vivait seul avec sa mère qui n’était pas au domicile au moment du drame, selon le maire, repris par Le Figaro.

Thierry Hebbrecht, président du groupe Les Républicains était « effondré » mardi matin, a rapporté par Le Parisien, qui espère que c’est un « crime crapuleux ». « Il va nous manquer tellement. C’était un très proche compagnon, depuis plus de quinze ans. Il laisse un grand vide, » a déclaré, effondré, Hebbrecht.

Christian Favier, sénateur et président du Conseil départemental du Val-de-Marne, a dénoncé « ce crime odieux » et à présenter ses condoléances à la famille et aux proches d’Alain Ghozland dans un communiqué.

Mardi soir, plus de 200 fidèles se sont réunis à la synagogue de Kyriat EI à Créteil, où ces derniers ont récité des prières.

« Nous sommes tous terrassés. Comment imaginer cette synagogue sans Alain, qui circule dans les couloirs, qui s’amuse, taquine », s’interroge Albert Elharrar, président de la communauté israélite, cité par Le Parisien.

« Un homme vrai, une qualité tellement rare », a rendu hommage le rabbin d ela synagogue, Alain Senior.

Toute la communauté de Créteil s’interroge sur les raisons de son décès. « Nous devons faire confiance à la police et la justice, » a exhorté Albert Elharrar. « Tout ça fait peur,» ajoute un autre membre de la communauté juive de Créteil.

« Encore l’un des nôtres. On aimerait savoir ce qui s’est passé, » explique une fidèle au site Le Parisien.

La ville de Créteil, foyer d’une grande communauté juive, a fait l’objet de nombreuses attaques antisémites depuis 2014 poussant les autorités françaises à décréter l’antisémitisme, grande cause nationale.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...