Rechercher

La compagnie de bus Dan met fin à une campagne antivax pour les enfants

Les autorités sanitaires se sont opposées aux affiches qui décourageaient les parents à vacciner leurs enfants alors que les vaccins sont disponibles pour les enfants de 5-11 ans

Illustration : Une fillette de 6 ans reçoit le vaccin Pfizer COVID-19 destiné aux enfants de 5 à 11 ans à l'hôpital pour enfants Lurie de Chicago, le 5 novembre 2021. (Crédit : Nam Y. Huh/AP)
Illustration : Une fillette de 6 ans reçoit le vaccin Pfizer COVID-19 destiné aux enfants de 5 à 11 ans à l'hôpital pour enfants Lurie de Chicago, le 5 novembre 2021. (Crédit : Nam Y. Huh/AP)

La compagnie de bus Dan a annoncé dimanche qu’elle allait retirer une campagne publicitaire apposée sur ses véhicules qui cherche à dissuader les parents de faire vacciner leurs enfants, suite à la réaction des autorités sanitaires.

La campagne, organisée par un groupe de médecins appelé le Conseil d’urgence public israélien pour la crise du COVID-19, était placardée sur des dizaines de bus avec les messages suivants : « Voulez-vous le vacciner juste pour aller au cinéma ? et « Seuls les parents décident des vaccins contre le coronavirus pour les enfants ».

Le groupe a déjà dénoncé les politiques restrictives en matière de lutte contre le virus et ses publications ont gagné en popularité parmi les militants anti-vaccination.

Le site d’information Ynet a rapporté que le groupe de médecins entretient des liens étroits avec les militants anti-vaccins, et ceux qui s’opposent aux vaccins COVID-19 pour les enfants en particulier.

La compagnie de bus a déclaré qu’elle avait retiré les bannières conformément à sa politique publicitaire actuelle, car « la plate-forme publicitaire des bus est destinée à la publicité de produits et de services et non à la gestion de campagnes. »

Les autorités sanitaires ont souligné que les parents étaient libres de faire vacciner ou non leurs enfants et que la raison pour laquelle le vaccin est recommandé est de protéger les enfants contre les maladies, et non pas pour qu’ils puissent aller au cinéma ou au restaurant.

« C’est parce que les enfants peuvent tomber malades et il n’est pas souhaitable que les enfants soient malades. Le vaccin peut également les protéger du PIMS (syndrome inflammatoire multi-systémique pédiatrique) et du COVID long », a déclaré à Ynet le professeur David Greenberg, chef du service de pédiatrie et de l’unité des maladies infectieuses pédiatriques à l’hôpital universitaire Soroka de Beer Sheva.

Le commanditaire de la campagne s’est dit « fier des milliers de militants qui ont contribué et rejoint la campagne du bus », précisant qu’elle était destinée à « sensibiliser à la santé. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...