Israël en guerre - Jour 285

Rechercher

La contrebande de cigarettes à Gaza menace l’acheminement de l’aide – WSJ

Des cigarettes sont introduites à Gaza par l'intermédiaire de camions d'aide humanitaire, après avoir été placées là par des complices en Israël et aux Nations unies

Un camion transportant de l'aide humanitaire pour la bande de Gaza est chargé au poste-frontière de Kerem Shalom entre le sud d'Israël et Gaza, le 17 juin 2024. (Crédit : Ahikam Seri/AFP)
Un camion transportant de l'aide humanitaire pour la bande de Gaza est chargé au poste-frontière de Kerem Shalom entre le sud d'Israël et Gaza, le 17 juin 2024. (Crédit : Ahikam Seri/AFP)

Alors que le désordre règne dans la bande de Gaza, les trafiquants palestiniens se sont tournés vers les cigarettes de contrebande en raison des prix élevés du tabac dans l’enclave, a rapporté le Wall Street Journal mercredi, ce qui a empêché des milliers de camions d’aide de livrer des fournitures humanitaires essentielles par crainte d’être attaqués.

Selon l’article, des cigarettes sont introduites en contrebande dans la bande de Gaza en proie à la guerre contre le groupe terroriste palestinien du Hamas par l’intermédiaire de camions d’aide humanitaire, après avoir été placées là par des complices en Israël et aux Nations unies. Une fois l’inspection passée et les camions d’aide entrés dans la bande de Gaza, ils sont pris pour cible à la fois par les contrebandiers qui récupèrent leurs marchandises et par d’autres criminels qui espèrent les atteindre en premier.

Selon le Wall Street Journal, une seule cigarette peut se vendre jusqu’à 25 dollars à Gaza, ce qui rend le commerce de contrebande extrêmement rentable.

Avant le début de l’opération israélienne à Rafah, début mai, les cigarettes étaient en grande partie introduites en contrebande par le point de passage de Rafah, à la frontière entre Gaza et l’Égypte, ajoute l’article, mais après la fermeture du poste-frontière pour une durée indéterminée, les criminels se sont tournés vers le point de passage de Kerem Shalom, à la frontière avec Israël.

En raison de ces violentes attaques, plus de 1 000 camions d’aide seraient restés bloqués du côté gazaoui du point de passage, et même les marchandises qui arrivent à destination risquent d’être pillées par les criminels qui s’attaquent aux entrepôts.

« Cela menace de saper tout ce que nous essayons de faire », a déclaré un fonctionnaire de l’ONU au Wall Street Journal.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.