La Cour confirme la décision de juger l’adolescente Tamimi à huis clos
Rechercher

La Cour confirme la décision de juger l’adolescente Tamimi à huis clos

Une pétition visant à autoriser l'ouverture du procès de la Palestinienne âgée de 17 ans est rejetée par la Cour d'appel militaire

Jacob Magid est le correspondant implantations du Times of Israël

La Palestinienne Ahed Tamimi (C), âgée de 16 ans, assiste à une audience devant le tribunal militaire d'Ofer, en Cisjordanie, le 1er janvier 2018 (Crédit : Photo AFP / Ahmad Gharabli)
La Palestinienne Ahed Tamimi (C), âgée de 16 ans, assiste à une audience devant le tribunal militaire d'Ofer, en Cisjordanie, le 1er janvier 2018 (Crédit : Photo AFP / Ahmad Gharabli)

Ahed Tamimi, 17 ans, a été arrêtée il y a quatre mois après avoir été filmée en train de gifler et de bousculer des soldats de Tsahal dans son village de Nebi Saleh en Cisjordanie.

Expliquant sa décision, le juge Gilad Peretz écrit lundi qu’il ne pensait pas avoir le pouvoir d’annuler la décision initiale du tribunal du 13 février de tenir la procédure à huis clos.

En outre, ajoute-t-il, la décision initiale de tenir le procès à huis clos était légitime parce que « c’est dans l’intérêt de la mineure ».

Au Times of Israël, l’avocat d’Ahed Tamimi, Gaby Lasky, s’est moqué de la décision, précisant qu’à l’origine, le juge de la Cour Militaire d’Ofer, Menachem Lieberman, avait accordé à Lasky le droit d’interjeter l’appel.

« Et même s’il ne l’avait pas fait, cela n’aurait pas dû prendre plus d’un mois à la cour d’appel pour se rendre compte qu’elle ne se sentait pas à l’aise de prendre une décision », a-t-elle dit.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...