La Cour suprême réduit la peine d’un terroriste palestinien de 13 ans
Rechercher

La Cour suprême réduit la peine d’un terroriste palestinien de 13 ans

Le service des prisons avait demandé une réduction de peine pour Ahmed Manasra, qui avait poignardé 2 jeunes Juifs avec son cousin en octobre 2015

L'avocat Tareq Barghout (à gauche) avec son client accusé de terrorisme, Ahmed Manasra, 13 ans, à la cour du district de Jérusalem, le 25 octobre 2015. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
L'avocat Tareq Barghout (à gauche) avec son client accusé de terrorisme, Ahmed Manasra, 13 ans, à la cour du district de Jérusalem, le 25 octobre 2015. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

La Cour suprême a réduit jeudi de deux ans et demi la peine de 12 ans de prison d’un jeune Palestinien reconnu coupable d’avoir blessé au couteau deux Israéliens quand il avait 13 ans, a indiqué son avocate.

Les images d’Ahmed Manasra et de son cousin Hassan, 15 ans, agressant à coups de couteau deux jeunes juifs, dont un de 12 ans, le 12 octobre 2015 à Pisgat Zeev, quartier de Jérusalem Est, avaient marqué les esprits en raison du jeune âge des assaillants et des blessés.

« Cette réduction de peine de deux ans et demie est positive, même si nous aurions espéré davantage », a affirmé à l’AFP Me Léa Tzemel, l’avocate d’Ahmed Manasra.

Malgré la réduction de la peine de prison, les dédommagements que Manasra doit verser à ces victimes restent identiques : 100 000 shekels pour l’adolescent juif, et 80 000 shekels pour l’homme âgé de 20 ans.

Les juges ont écrit que « les actions du demandeur sont extrêmement graves. Nous ne pouvons cependant pas ignorer qu’une partie de celles-ci résultaient de celles de son cousin. »

Ahmed Manasra (au premier plan), adolescent palestinien de 14 ans, a été jugé coupable de tentative de meurtre à l'encontre de deux jeunes Israéliens pendant une attaque au couteau en octobre 2015, à sa sortie du tribunal de Jérusalem, le 25 septembre 2016. (Crédit : Ahmad Gharabli/AFP)
Ahmed Manasra (au premier plan), adolescent palestinien de 14 ans, a été jugé coupable de tentative de meurtre à l’encontre de deux jeunes Israéliens pendant une attaque au couteau en octobre 2015, à sa sortie du tribunal de Jérusalem, le 25 septembre 2016. (Crédit : Ahmad Gharabli/AFP)

« Nous ne pouvons pas non plus ignorer le très jeune âge du demandeur et son processus de réintégration, et l’opinion [des autorités carcérales] qui a été versée au dossier », ont-ils écrit.

Les autorités carcérales avaient demandé que la peine de Manasra soit réduite.

Dans leur jugement, les juges ont ajouté qu’ils avaient pris leur décision « en raison de la manière dont le demandeur a traité les crimes qu’il a commis, les informations qu’il en a tirées, son bon comportement pendant son séjour en prison [pour mineurs], et l’impression du service de probation, qui pense qu’une longue peine de prison pourrait avoir des conséquences indésirables pour lui. »

« Le demandeur a comploté un projet avec son cousin pour assassiner des personnes innocentes pour des raisons nationalistes et idéologiques […] ce qui nécessite une peine sérieuse, ont écrit les juges, mais, depuis, le demandeur est passé par un long processus de réintégration. En raison de cela, il est possible de raccourcir la peine de prison. »

Cette agression est l’une de celles qui a le plus retenu l’attention parmi les nombreuses attaques commises depuis octobre 2015 par des Palestiniens isolés, souvent jeunes et armés d’un couteau, contre des Israéliens.

Hassan Manasra avait été tué alors qu’il tentait de s’enfuir. Ahmed Manasra, originaire de Jérusalem Est comme son cousin, avait été grièvement blessé.

Des images de vidéosurveillance ont montré les deux Palestiniens pourchassant une de leurs victimes dans la rue, puis poignardant un enfant à bicyclette.

D’autres images ont montré l’un des agresseurs se ruer sur des policiers qui l’ont stoppé en lui tirant dessus à plusieurs reprises. Les Palestiniens s’étaient ensuite emparés des images, abondamment partagées sur les réseaux sociaux, d’Ahmed Manasra baignant dans son sang tandis qu’un homme l’insultait et lui criait : « Meurs ! ».

Le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas avait affirmé, à tort, qu’Israël exécutait des enfants. Ces accusations avaient fait scandale. Le gouvernement avait ensuite publié des images de l’adolescent recevant des soins à l’hôpital Hadassah de Jérusalem.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...