Rechercher

La croissance israélienne, estimée à 7% en 2021, dépasse la moyenne mondiale – étude

Selon Dun & Bradstreet, l'économie en Inde a progressé de 9,5% et en Chine de 8% ; l'étude met en avant le secteur technologique israélien et l'industrie immobilière en plein essor

Ricky Ben-David est journaliste au Times of Israël

Un vieil immeuble jouxte des tours luxueuses aux abords du boulevard Rothschild de Tel Aviv, le 8 septembre 2021. (Crédit : Nati Shohat/Flash 90) :
Un vieil immeuble jouxte des tours luxueuses aux abords du boulevard Rothschild de Tel Aviv, le 8 septembre 2021. (Crédit : Nati Shohat/Flash 90) :

Lundi, la multinationale de conseil Dun & Bradstreet a déclaré que l’économie israélienne a progressé de 7 % en 2021, dépassant la moyenne mondiale de 5,9 %. L’économie de l’Inde a progressé de 9,5 %, selon l’étude, et celle de la Chine de 8 %.

Le rapport de Dun & Bradstreet a noté que bien que l’économie d’Israël montre une amélioration significative, tirée par un secteur technologique fort et une activité immobilière en plein essor, un certain nombre d’industries telles que le tourisme, la restauration et le divertissement ont continué à souffrir en 2021.

En outre, une pénurie de matières premières et une perturbation de la chaîne d’approvisionnement suite à la pandémie de COVID-19 ont également affecté négativement les secteurs de la construction et des biens électriques, selon le rapport.

Le rapport note l’incertitude persistante autour du variant Omicron du virus, mais indique qu’Israël a fait preuve de résilience jusqu’à présent au cours de la pandémie, notamment grâce au déploiement généralisé des vaccins.

Parallèlement, le chômage a baissé tout au long de l’année avec la levée de diverses restrictions liées à la pandémie.

Un restaurant fermé dans la rue Dizengoff à Tel-Aviv, pendant un confinement national, le 6 janvier 2021 (Miriam Alster/FLASH90)

Le rapport indique que si près de 46 000 entreprises ont fermé en Israël en 2021, environ 63 000 ont ouvert ou repris leurs activités. Le rapport indique qu’à la fin de l’année 2021, il y avait environ 620 000 entreprises actives, dont 96,5 % (environ 600 000) étaient définies comme des petites entreprises.

« L’ensemble de l’économie mondiale, et l’économie israélienne en particulier, a montré une amélioration des indices économiques et commerciaux en 2021, après avoir été, en 2020, comme de nombreuses économies locales, considérablement affectée par la crise du coronavirus », a déclaré Efrat Segev, vice-présidente des données et des analyses chez Dun & Bradstreet Israël.

« L’industrie technologique, qui a considérablement influencé les données positives présentées par l’économie israélienne, continue d’être le principal moteur de croissance de l’économie, et la principale tâche du gouvernement et des entreprises du secteur sera de voir comment cette croissance peut s’infiltrer dans d’autres strates, ce qui permettra de répondre à la fois à la croissance de la main-d’œuvre et de contribuer à réduire les écarts croissants au sein de la population », a déclaré Segev.

Au début du mois, l’OCDE a déclaré que l’économie israélienne rebondissait fortement en 2021, dépassant les prédictions. L’organisation a mentionné la campagne de vaccination pour la dose rappel déployée par le pays, la reprise du marché du travail et l’essor du secteur technologique local.

Efrat Segev, vice-présidente des données et des analyses chez Dun & Bradstreet Israël. (Crédit : Niv Kantor)

« L’activité économique a fortement rebondi en 2021 et le PIB devrait connaître une croissance robuste de 6,3 % en 2021, de 4,9 % en 2022 et de 4 % en 2023 », a déclaré l’OCDE dans son rapport de décembre 2021 sur les perspectives économiques d’Israël.

Parallèlement, les exportations israéliennes devraient atteindre un niveau record de 135 à 140 milliards de dollars en 2021, soit une hausse de 18,5 % par rapport à l’année dernière, a prévu lundi le ministère de l’Économie et de l’Industrie dans un nouveau rapport.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...