Israël en guerre - Jour 147

Rechercher

La demande d’homologation d’une conférence homophobe suscite l’indignation

Le ministère de l'Education a désavoué la conférence, dénoncée par des élus et organisations de défense des LGBTQ en raison de la présence de partisans des thérapies de conversion

Des milliers de personnes participent au défilé annuel de la Gay Pride à Tel Aviv, le 8 juin 2023. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)
Des milliers de personnes participent au défilé annuel de la Gay Pride à Tel Aviv, le 8 juin 2023. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Députés et organisations LGBTQ ont exprimé leur indignation, mercredi, suite à la diffusion de reportages dans les médias concernant une conférence s’annonçant comme une formation reconnue par le ministère de l’Éducation avec des partisans des thérapies de conversion.

Le ministère de l’Education a rapidement fait savoir qu’il ne reconnaissait pas la conférence, organisée par l’organisation Even Yisrael et intitulée « L’éducation juive à l’ère post-moderne ». Il semble que les panels et sessions programmés aborderont les sujets LGBTQ d’un point de vue peu tolérant.

Les thérapies de conversion, également appelées thérapies réparatrices, sont combattues en Israël, aux États-Unis et ailleurs : les principales organisations de santé dénoncent des méthodes pseudo-scientifiques et l’assimilation de l’homosexualité à une forme de maladie mentale. L’an dernier, le ministère de la Santé a interdit aux professionnels de la santé de recourir à ce type de thérapie.

La publicité pour la troisième conférence annuelle d’Even Yisrael affirme qu’il s’agit d’une formation pour les enseignants homologuée par le ministère de l’Éducation.

La formation est composée de tables rondes sur des sujets tels que « Le rôle de l’éducateur dans la gestion des attirances opposées » et « Les dangers de l’idéologie trans ».

La conférence se tiendra les 26 et 29 juin prochains, dans l’implantation d’Ariel, en Cisjordanie, et dans le quartier Pisgat Zeev de Jérusalem.

Yosi Havilio, membre du conseil municipal de Jérusalem, a fait savoir que la mairie avait décidé de ne pas autoriser la tenue de la conférence dans les locaux du centre municipal de Pisgat Zeev.

« La municipalité de Jérusalem ne mettra pas ses installations à disposition d’hommes et de femmes extrémistes qui, de mon point de vue, font énormément de mal à de jeunes hommes et jeunes femmes », a-t-il déclaré.

Israel National News a ajouté qu’Ariel n’avait pas davantage autorisé la tenue de l’événement dans des locaux officiels.

Le député Yesh Atid, Yorai Lahav-Hertzano, s’exprime lors d’une réunion du Comité constitutionnel à la Knesset, à Jérusalem, le 29 janvier 2023. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Selon Haaretz, les organisateurs de la conférence auraient indiqué que l’accord de principe à la participation des enseignants à la conférence avait été donné par le service du ministère de l’Education chargé de la supervision de l’éducation religieuse.

Even Yisrael a admis que la conférence a été annoncée avant la décision du ministère.

Ce dernier a fait savoir que « le contenu de la conférence n’avait pas été approuvé par les autorités compétentes du ministère. Lorsque l’erreur est apparue, il a été clairement rappelé que tant que le contenu n’aurait pas été vérifié et approuvé, la conférence ne pourrait pas être considérée comme homologuée. »

Le chef du groupe représentant les intérêts des homosexuels à la Knesset, le député Yorai Lahav-Hertzano, a fait savoir par communiqué que l’événement en question était « totalement insensé ».

« Cette volonté, commune à certains rabbins, éducateurs et médias, de répandre la peur et la haine contre des gens qui ne font que suivre leur cœur est mortifère. L’homophobie n’est pas couverte par la liberté d’expression, et l’État d’Israël devrait la combattre, certainement pas financer sa diffusion », a-t-il déclaré.

Il s’est engagé à évoquer la question avec le directeur général du ministère de l’Éducation et de faire en sorte que cette conférence soit retirée des programmes du ministère.

La députée d’opposition du parti Avoda, Naama Lazimi, a annoncé son intention de faire ouvrir une « enquête urgente » au ministère de l’Education et d’organiser un débat sur la question.

« Cette attaque frontale contre la communauté gay, et en particulier contre les jeunes homosexuels, ne sera pas laissée sans réponse », a-t-elle promis.

Il est prévu que la conférence commence par une présentation du rabbin Zvika Dantelsky, président de l’organisation Hosen, favorable aux thérapie de conversion pour les jeunes religieux homosexuels. Son intervention s’intitule « Attraction ou choix ? Le monde du prétendant. »

La députée Naama Lazimi lors d’une conférence de l’Anti-Defamation League à Tel Aviv, le 16 novembre 2022. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)

Participera notamment aux panels le psychothérapeute orthodoxe et rabbin David Schwartz, opposant notoire à une loi new yorkaise interdisant les thérapies de conversion, au motif qu’elle enfreint le droit à la liberté de religion.

Megama, une organisation regroupant les enseignants homosexuels a dénoncé le principe de cette conférence qui encourage « la phobie LGBT, la transphobie et la haine ».

« En tant qu’éducateurs, il est important pour nous de le rappeler aux élèves, partout dans le monde. Nous sommes ici pour les protéger et leur offrir un lieu sûr, face à la haine . »

Hila Peer, présidente de l’Association Aguda pour l’égalité LGBT en Israël, a déclaré que « l’essence-même » de la conférence « était d’inciter à une haine obsessionnelle contre les personnes LGBT ».

« Comment le ministère de l’Éducation a pu un temps associer son nom à cet événement et suggérer qu’il s’agissait d’une action de formation professionnelle demeure un mystère. La question devra être examinée. Mais c’est une bonne chose qu’il ait immédiatement désavoué la conférence », a-t-elle déclaré.

Rom Ohayun, directeur d’IGY, The Proud Youth Organization, a déclaré dans un communiqué que « c’est une excellente chose que le ministère de l’Éducation ait précisé ne pas soutenir ou encourager cette conférence haineuse et insensée. »

« Nous ferons tout pour nous opposer à ce type d’événement et faire comprendre à la population israélienne que ces idées n’ont rien de scientifique ou de tangible. Il ne s’agit au final que d’une haine mortifère qui a mené à la mort de garçons et de filles innocents », a-t-il déclaré.

Le Centre anti-conversion, organisation qui milite activement contre ces méthodes, a tenu à rappeler que « les ‘thérapies’ de conversion étaient inefficaces, nuisibles et menées avec des méthodes contraires à l’éthique, aux confins du sectarisme » et demandé au ministère de l’Education de mettre l’accent sur la formation des enseignants opposés à de telles thérapies.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.