La Dilcrah signale 64 publications antisémites à la Justice française
Rechercher

La Dilcrah signale 64 publications antisémites à la Justice française

Directement attachée au bureau du Premier ministre, la Dilcrah s'évertue à mettre fin à l'impunité régnant sur internet

Logo de la Dilcrah (Crédit: Gouvernement)
Logo de la Dilcrah (Crédit: Gouvernement)

Une épreuve rappelant celle d’Hércule sommé de nettoyer les écuries d’Augias : combattre l’impunité dont bénéficient les propos racistes et antisémites sur Internet, temple de l’anonymat.

Ainsi la Délégation interministérielle à la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la haine anti-LGBT (DILCRAH) a annoncé avoir “engagé vendredi 9 juin des procédures de signalements à l’encontre de 64 publications à caractère antisémite sur les réseaux sociaux, faisant notamment l’apologie de crimes contre l’humanité et incitant à la haine raciale.”

Dans les cas les plus graves, le Procureur de la République a été sollicité sur le fondement de l’article 40 du code de procédure pénale, en vue de l’ouverture d’une enquête judiciaire,” explique le communiqué.

Il rappelle que “le délit de provocation à la haine raciale est puni d’un an d’emprisonnement et de 45 000 euros d’amende, dans le cas où la provocation est publique”.

La DILCRAH annonce surtout qu’elle systématisera dorénavant “ces actions de signalement à l’encontre de toutes publications racistes, antisémites et anti-LGBT.”

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...