La famille d’une aide-soignante moldave – et sa fille de 5 ans – expulsées
Rechercher

La famille d’une aide-soignante moldave – et sa fille de 5 ans – expulsées

Les autorités affirment que les proches d'Anna Bogorz ont dû partir, sans avoir eu le temps de la revoir, car son frère, lors d'un précédent voyage, avait demandé l'asile

Anna Bogorz (Capture d'écran : YouTube )
Anna Bogorz (Capture d'écran : YouTube )

Quatre membres de la famille d’une citoyenne moldave, aide-soignante en Israël, ont été reconduits vers leur pays après leur arrivée au sein de l’Etat juif pour une courte visite, mardi matin, sans avoir le temps de la rencontrer.

L’Autorité de la Population, de l’immigration et des frontières a expliqué que la raison de cette expulsion était liée au frère de la jeune femme, qui était déjà venu en Israël et qui avait immédiatement demandé l’asile à cette occasion, a fait savoir le site d’information Ynet.

Le frère ne figurait pas parmi les parents présents lors du voyage de mardi.

Parmi les quatre proches d’Anna Bogorz qui ont été reconduits à la frontière, sa fille de cinq ans, sa mère, l’épouse du frère qui avait demandé l’asile et son fils.

Bogorz a déclaré à Ynet que sa famille était venue pour fêter l’anniversaire de sa fille, Polina, cinq ans, que la jeune femme n’avait pas vue depuis plusieurs mois. Mais Borgoz n’a « même pas eu l’autorisation de prendre dans ses bras » son enfant.

« Je voulais juste fêter son anniversaire et qu’on aille tous se promener », a dit Borgoz. « Elle avait un billet de retour pour la Moldavie le 8 décembre ».

La famille de la femme âgée dont Borgoz s’occupe a partagé une vidéo sur Facebook, sur laquelle la jeune femme pleure et demande à voir sa fille. Simona Hirsch, belle-fille de la femme âgée, écrit dans un statut : « L’enfant est à quelques mètres de sa mère et on ne leur permet pas de se voir, on n’autorise pas seulement la mère à la prendre dans ses bras ».

L’Autorité de la population, de l’immigration et des frontières a fait savoir que dans la mesure où l’un des quatre membres était l’épouse d’un demandeur d’asile, « il n’y a pas de raison qu’ils entrent en Israël », a précisé Ynet.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...