La famille Goldin critique Netanyahu pour la libération des Syriens
Rechercher

La famille Goldin critique Netanyahu pour la libération des Syriens

La famille a fustigé le Premier ministre pour avoir "manqué une opportunité" d'un échange avec le retour de la dépouille de leur fils toujours détenu par le Hamas

Simcha Goldin, père du soldat israélien Hadar Goldin, dont le corps est détenu par le Hamas, s'exprime lors d'une manifestation appelant le gouvernement à rendre les corps de son fils et de son compatriote israélien Oron Shaul devant le quartier général militaire de Kirya à Tel Aviv le 10 août 2018. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)
Simcha Goldin, père du soldat israélien Hadar Goldin, dont le corps est détenu par le Hamas, s'exprime lors d'une manifestation appelant le gouvernement à rendre les corps de son fils et de son compatriote israélien Oron Shaul devant le quartier général militaire de Kirya à Tel Aviv le 10 août 2018. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)

La famille d’un soldat israélien dont le corps est détenu par le Hamas à Gaza depuis la guerre de 2014 a fustigé le Premier ministre Benjamin Netanyahu pour sa décision prise ce week-end de libérer des prisonniers syriens sans les inclure dans un échange plus large qui aurait compris la dépouille de leur fils et celle d’un autre soldat, Oron Shaul.

« Les informations dans les médias internationaux [sur la libération des Syriens] nous déchire le coeur, parce que nous avons appris avec eux que Netanyahu a une nouvelle fois manqué l’opportunité de faire revenir Oron et Hadar [Goldin] dans le cadre d’un échange international plus large, justement avec en arrière fond le retour du sergent Zachary Baumel », ont déclaré dans un communiqué les parents de Goldin, Simcha et Leah Goldin.

Samedi, les deux prisonniers syriens libérés par Israël ont été identifiés comme étant un membre du Fatah emprisonné pour une tentative d’attaque contre des soldats israéliens et un trafiquant de drogue.

Leur libération a été décrite par un officiel israélien comme un geste de « bonne volonté » envers Damas après le retour de la dépouille de Baumel, un soldat israélien qui a été tué dans une bataille avec le Liban en 1982.

Des soldats israéliens portent le cercueil de Zachary Baumel au cimetière militaire du mont Herzl à Jérusalem le 4 avril 2019. (Crédit : Hadas Parush / Flash90)

La dépouille du commandant de tank Baumel, qui aurait été tué lors de la bataille du Sultan Yacoub de la Premier guerre du Liban il y a presque 37 ans, est revenue de Syrie vers Israël il y a environ un mois par l’intermédiaire de la Russie.

A l’époque, un diplomate israélien avait déclaré que l’aide de la Russie pour le retour de la dépouille de Baumel n’entraînerait pas de « compensation diplomatique » liée à la situation en Syrie.

La famille Goldin a fortement critiqué Netanyahu pour avoir « manqué une opportunité » d’inclure la dépouille de leur fils dans l’échange.

« Au lieu de voir le Premier ministre Netanyahu exercer une véritable pression sur le Hamas pour obtenir un échange de prisonniers avec le Hamas dans le cadre d’un échange international plus large, il a décidé de nous condamner à l’incertitude et à la souffrance émotionnelle ».

« Nous attendons que Netanyahu tienne ses promesses faites aux soldats israéliens et à leurs familles en faisant revenir Hadar et Oron comme un pré-requis pour tout accord avec le Hamas et le monde arabe », ont déclaré les Goldin dans leur communiqué de samedi soir.

Plus tôt samedi, Israël a confirmé qu’il libérerait Hamis Ahmad, du camp de réfugiés de Yarmouk à Damas, qui a été emprisonné en 2005 pour une tentative d’infiltration d’Israël et d’attaque sur une base de Tsahal. Il avait été condamné à une peine de prison qui devait se terminer en 2023.

Hamis Ahmad (g) et Zidan Tweil, (Crédit : autorisation)

Zidan Tweil, du village syrien de Khader, est le deuxième prisonnier identifié. Tweil était en prison depuis 2008 pour trafic de drogue et il devait être libéré en juillet.

Plus tôt, un officiel israélien a déclaré que la libération de prisonniers serait un « geste de bonne volonté », ajoutant que la décision avait seulement été prise ces derniers jours. Il a affirmé qu’il ne s’agissait pas d’une condition préalable à l’échange de Baumel.

La déclaration israélienne est intervenue après que l’ambassadeur russe en Syrie a annoncé la libération des prisonniers. Il a indiqué qu’Israël savait qu’il y devrait y avoir un geste après les élections du 9 avril.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...