La faune sauvage, victime collatérale des combats en Israël
Rechercher

La faune sauvage, victime collatérale des combats en Israël

Il est trop tôt pour évaluer correctement les dégâts faits à la nature par les roquettes et les dispositifs incendiaires de l'enclave côtière, estime l'Autorité des parcs

La faune et la flore israélienne sont, elles aussi, victimes des roquettes et autres dispositifs incendiaires lancés par les groupes terroristes palestiniens depuis la bande de Gaza.

S’il est prématuré pour l’Autorité de la nature et des parcs et les organisations de défense de l’environnement de faire une estimation pleine et entière des dégâts, un nombre inconnu d’animaux ont été dans l’incapacité de se déplacer assez rapidement pour échapper aux incendies qui ont ravagé les zones agricoles, a fait savoir l’Autorité.

De multiples sinistres ont été déclenchés dans de larges parts de la réserve naturelle de Beeri, à proximité de la frontière avec Gaza.

De nombreux animaux ont été blessés ou tués, ainsi que dans le secteur du ruisseau Shikma qui se trouve également dans le Negev.

Les gardes ont documenté un certain nombre de pertes dans la nature.

Les groupes terroristes palestiniens ont lancé des milliers de roquettes en direction d’Israël depuis lundi dernier, tuant 12 personnes en Israël et faisant des centaines de blessés.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...