La Grèce va autoriser 600 touristes israéliens par semaine
Rechercher

La Grèce va autoriser 600 touristes israéliens par semaine

Les Israéliens seront limités à 4 destinations et resteront en quarantaine 48 heures jusqu'aux résultats des tests; Netanyahu rencontre Dandias, soutient la Grèce contre la Turquie

Des gens s’attroupent sur la plage de Limanakia Vouliagenis dans le sud d'Athènes, le 6 août 2020. (AP Photo / Thanassis Stavrakis)
Des gens s’attroupent sur la plage de Limanakia Vouliagenis dans le sud d'Athènes, le 6 août 2020. (AP Photo / Thanassis Stavrakis)

Après avoir fermé le ciel pendant des mois, la Grèce va autoriser les Israéliens à s’y rendre, a annoncé jeudi le ministère israélien des Affaires étrangères après une rencontre entre le ministre grec des Affaires étrangères Nikos Dendias et son homologue israélien Gabi Ashkenazi.

« Je salue la décision de la Grèce d’autoriser le retour du tourisme en provenance d’Israël au temps du coronavirus », a déclaré Ashkenazi dans un communiqué à l’issue de la réunion à Jérusalem. « Cette décision exprime la relation chaleureuse entre nos deux pays et la volonté commune de retour à la normale à l’ère du coronavirus. Nous espérons que d’autres pays européens prendront des décisions dans ce sens. »

Le communiqué a indiqué qu’il avait été convenu que les deux ministères des Affaires étrangères formuleraient ensemble un plan permettant aux touristes et hommes d’affaires israéliens de se rendre en Grèce.

Aucun autre détail n’a été divulgué sur les tests ou les exigences de quarantaine.

Le ministre grec des Affaires étrangères Nikos Dendias rencontre son homologue israélien Gabi Ashkenazi à Jérusalem, le 13 août 2020. (Twitter)

Selon la Douzième chaîne, 600 touristes israéliens par semaine seront autorisés à voyager en Grèce et ils ne pourront séjourner que dans quatre destinations : Athènes, Crète, Thessalonique et Corfou.

La chaîne de télévision publique Kan a rapporté que les touristes israéliens devront passer un test de coronavirus entre leur arrivée en Grèce et leur transfert vers l’une des quatre destinations. Ils resteront en quarantaine jusqu’à réception des résultats du test – un processus qui pourrait prendre jusqu’à 48 heures. Il n’a pas été précisé qui paierait pour la quarantaine initiale.

Depuis le début de la pandémie, la Grèce a enregistré 5 623 infections et 212 décès. Israël, en revanche, a enregistré plus de 88 000 cas et 643 décès.

Le hall d’arrivée vide de l’aéroport Ben Gourion le 12 juin 2020. (Autorisation : Olivier Fitoussi / Flash90)

Israël a l’un des taux de morbidité par habitant les plus élevés au monde et de nombreux pays, dont l’Union européenne, interdisent actuellement les voyageurs en provenance d’Israël. Les voyages aériens sont au ralenti depuis des mois, Israël étant plus ou moins fermé aux ressortissants étrangers depuis mars et presque tous les pays fermés aux voyageurs venus d’Israël.

Tensions avec la Turquie

Dendias est arrivé en Israël jeudi matin pour des entretiens avec Ashkenazi et le Premier ministre Benjamin Netanyahu, dans le contexte de tensions militaires avec la Turquie au sujet d’un projet d’exploration énergétique dans des eaux revendiquées par Athènes.

Les tensions ont été attisées lundi lorsque Ankara a dépêché le navire de recherche Oruc Reis, escorté par des navires de la marine turque, au large de l’île grecque de Kastellorizo, en Méditerranée orientale. En réponse, la Grèce a également déployé des navires de guerre pour surveiller le navire turc, qui se trouve actuellement à l’ouest de Chypre.

Sur cette photo du ministère turc de la Défense, le navire de recherche turc Oruc Reis, en rouge et blanc est encadré par des navires de la marine turque, alors qu’il se dirigeait à l’ouest d’Antalya sur la Méditerranée, 10 août 2020. (Autorisation : Turc Ministère de la Défense via AP)

L’incident est le dernier en date concernant l’exploration énergétique dans la Méditerranée orientale, riche en pétrole, une source fréquente de différends entre la Turquie et ses voisins, notamment la Grèce, Chypre et Israël.

Dendias doit également aborder la question avec le secrétaire d’État américain Mike Pompeo à Vienne vendredi prochain.

Lors de sa rencontre avec Dendias, Netanyahu a déclaré qu’il soutenait Athènes dans son différend avec la Turquie.

« Nous jugeons avec sévérité toute action agressive en Méditerranée orientale de la part de n’importe quel acteur, y compris la Turquie », a déclaré Netanyahu au début de leur rencontre.

Il a noté qu’Israël et la Grèce, qui collaborent sur un gazoduc avec Chypre, ont « des intérêts géopolitiques communs ».

Mercredi, le ministère israélien des Affaires étrangères a publié une déclaration de soutien à Athènes sur cette question.

« Israël observe de près la montée des tensions en Méditerranée orientale. Israël exprime son soutien sans faille et sa solidarité avec la Grèce dans ses zones maritimes et son droit de délimiter sa [zone économique exclusive] », a déclaré le ministère des Affaires étrangères.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...