La Haute Cour interdit le concert d’Afula quand celui-ci est presque terminé
Rechercher

La Haute Cour interdit le concert d’Afula quand celui-ci est presque terminé

Les représentants ultra-orthodoxes crient victoire, le concert de Motty Steinmetz à Afula ayant attiré des centaines de personnes, les hommes d'un côté, les femmes de l'autre

Des Juifs ultra-orthodoxes assistent à un concert comprenant le chanteur harédi Motti Steinmetz, où le public masculin et féminin était séparé, dans la ville d'Afula, dans le nord d'Israël, le 14 août 2019. (Crédit : Meir Vaknin/Flash90)
Des Juifs ultra-orthodoxes assistent à un concert comprenant le chanteur harédi Motti Steinmetz, où le public masculin et féminin était séparé, dans la ville d'Afula, dans le nord d'Israël, le 14 août 2019. (Crédit : Meir Vaknin/Flash90)

La Haute Cour a renversé mercredi la décision d’un tribunal local ayant autorisé un concert où hommes et femmes seraient séparés, mais le verdict est tombé trop tard pour empêcher sa tenue.

La Cour suprême a donné une suite favorable à la requête de l’organisation Women’s Network, estimant que l’événement contrevenait au principe d’égalité et que le juge du tribunal de Nazareth Atef Eilabouni avait outrepassé son autorité.

Dans son jugement rendu mercredi, Atef Eilabouni avait recommandé que la municipalité accepte un compromis qui aurait vu l’amphithéâtre séparé en trois parties : une section pour les femmes au-dessus de celle des hommes, ainsi qu’une zone mixte.

Cependant, peu après la décision, le maire d’Afula, Avi Alkabetz, annonçait que le public féminin et masculin serait entièrement séparé.

Mais la décision de la Haute Cour est tombée alors que le concert était quasiment fini.

Des centaines de spectateurs ultra-orthodoxes sont venues écouter le chanteur pop-hassidique Motty Steinmetz.

Le ministre de l’Intérieur Aryeh Deri du parti est intervenu sur scène avec excitation, criant victoire pour les Israéliens ultra-orthodoxes.

Le dirigeant du parti Shas et ministre des Affaires intérieures Aryeh Deri s’exprime lors d’un concert comprenant le chanteur ultra-orthodoxe Motti Steinmetz, où le public masculin et féminin était séparé à Afula, le 14 août 2019 (Crédit : Meir Vaknin/Flash90)

« Ceux qui ont tenté d’imposer leur mode de vie à d’autres ont perdu aujourd’hui. Ils ont voulu assujettir des gens ayant acheté des places de concert selon leurs croyances et conformément à la halakha », a-t-il ainsi déclaré.

Aryeh Deri a ensuite houspillé le député Kakhol lavan Yair Lapid, qui avait soutenu la décision initiale ayant interdit la ségrégation des sexes pour le concert.

Applaudissant le jugement, il avait ainsi déclaré, « nous ne sommes pas en Iran. Nous sommes l’État d’Israël ».

« Vous avez raison. Ce n’est pas l’Iran. C’est un État juif », lui a ainsi rétorqué Aryeh Deri, accusant son adversaire de « provocation à la haine contre la population ultra-orthodoxe ».

Peu après le début du concert, le maire de Tibériade Ron Kobi a fait son apparition, pour provoquer, semble-t-il, les spectateurs. Il s’est ainsi querellé avec des résidents harédim de sa ville après avoir appelé à limiter leur présence et leur influence à Tibériade.

Il s’est ainsi fait huer par certains et encercler par d’autres. La police a fini par arriver, escortant le maire hors des lieux.

Le concert était le seul événement organisé par la ville pour la population harédie locale.

Inauguration de la synagogue de la Knesset après son agrandissement, le 14 novembre 2016. Le rideau séparant la section des femmes est au fond à gauche. (Crédit : porte-parolat de la Knesset/Yitzhak Harari)

Le verdict de la Cour suprême a déclenché la colère de députés de droite, notamment ultra-orthodoxes, qui reprochent à l’instance de vouloir empêcher les Israéliens ultra-orthodoxes de suivre leurs coutumes religieuses appelant à la pudeur.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...