Israël en guerre - Jour 192

Rechercher

La Haute Cour rejette la requête contre la nomination de Ben Gvir au poste de ministre

Le juge Isaac Amit estime que, bien que problématique en raison de ses condamnations pénales antérieures, le mandat de Ben Gvir n'est pas "déraisonnable"

Jeremy Sharon est le correspondant du Times of Israel chargé des affaires juridiques et des implantations.

Le ministre d'extrême-droite de la Sécurité nationale, Itamar Ben Gvir, dirigeant une réunion de sa faction Otzma Yehudit à la Knesset, à Jérusalem, le 4 décembre 2023. (Crédit : Oren Ben Hakoon/Flash90)
Le ministre d'extrême-droite de la Sécurité nationale, Itamar Ben Gvir, dirigeant une réunion de sa faction Otzma Yehudit à la Knesset, à Jérusalem, le 4 décembre 2023. (Crédit : Oren Ben Hakoon/Flash90)

La Haute Cour de justice a rejeté mercredi à l’unanimité une requête lui demandant d’ordonner la révocation du ministre de la Sécurité nationale, Itamar Ben Gvir, en raison de ses condamnations pénales antérieures. Le juge Isaac Amit a écrit que si la nomination de Ben Gvir était problématique, elle n’était pas « déraisonnable à l’extrême ».

L’organisation pour la tolérance, 12th of Heshvan, et plusieurs individus ont déposé une requête auprès du tribunal pour contester la nomination de Ben Gvir en décembre 2022, arguant que sa nomination était déraisonnable en raison de son implication répétée dans des actions visant à troubler l’ordre public, ainsi que de ses condamnations pénales antérieures, notamment pour incitation au racisme et soutien à une organisation terroriste.

Dans sa décision, Amit a écrit « qu’il existe un point commun entre les différents crimes pour lesquels le ministre Ben Gvir a été condamné au fil des ans, en ce sens que la plupart d’entre eux sont directement et indirectement liés à la violation de l’ordre public, alors même que le ministre de la Sécurité intérieure est la personne chargée du maintien de l’État de droit et de l’ordre public ».

Le juge a toutefois poursuivi en déclarant que le temps considérable qui s’est écoulé depuis la dernière condamnation de Ben Gvir, sa relative jeunesse au moment de sa condamnation et le fait qu’il a affirmé à la Cour qu’il avait depuis lors « changé de comportement » sont autant d’éléments qui vont à l’encontre de la décision de le démettre de ses fonctions.

Les juges Noam Sohlberg et Yechiel Kasher sont tous deux d’accord avec la décision d’Amit, estimant notamment qu’il n’y a pas de place pour une décision de justice qui serait perçue comme activiste contre Ben Gvir.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.