La Jordanie réinstaure le couvre-feu le vendredi à cause d’un rebond épidémique
Rechercher

La Jordanie réinstaure le couvre-feu le vendredi à cause d’un rebond épidémique

Le royaume a également annoncé qu'à partir de dimanche le nombre d'employés en présentiel dans les institutions publiques ne pourra pas dépasser 30 % des effectifs habituels

Des élèves jordaniens montent dans un bus pour rentrer chez eux après avoir assisté à un cours pour la première fois depuis près d'un an, à Amman, le 7 février 2021. (Crédit : Khalil MAZRAAWI / AFP)
Des élèves jordaniens montent dans un bus pour rentrer chez eux après avoir assisté à un cours pour la première fois depuis près d'un an, à Amman, le 7 février 2021. (Crédit : Khalil MAZRAAWI / AFP)

La Jordanie a de nouveau interdit à la population de sortir de chez elle les vendredis, jour de congé hebdomadaire, en raison d’un rebond de la pandémie de COVID-19, a annoncé mercredi le ministre de l’Information, Ali al-Ayed.

« Le gouvernement impose à partir de cette semaine un couvre-feu dans tout le royaume qui débute jeudi à 22H00 (20H00 GMT) et se prolonge jusqu’à samedi 06H00 », a-t-il dit dans un communiqué.

Les fidèles seront autorisés à aller à pied à la mosquée durant une heure pour assister à la prière du vendredi, a-t-il précisé.

Par ailleurs, le ministre a également annoncé qu’à partir de dimanche le nombre d’employés en présentiel dans les institutions publiques ne pourra pas dépasser 30 % des effectifs habituels.

Autre mesure, le couvre-feu qui commençait chaque soir à minuit a été ramené à 22H00.

Des restrictions identiques avaient déjà été instaurées du 18 mars 2020 au 13 janvier 2021.

Pays de 10 millions d’habitants, la Jordanie a enregistré 376 000 cas d’infection et 4 611 décès.

Le nombre de cas est monté en flèche au cours des dernières semaines, atteignant ces deux derniers jours plus de 4 000 nouveaux cas quotidiens.

« Le royaume assiste à une propagation rapide de la COVID durant ces dernières semaines. C’est pour cela qu’il faut prendre des mesures rapides et strictes », a souligné pour sa part le ministre de la Santé, Nazir Obeidat.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...