Israël en guerre - Jour 230

Rechercher

La justice annule l’interdiction d’une conférence avec Rima Hassan à Dauphine

Organisée par le Comité Palestine Dauphine, "Agir face à la menace de génocide à Gaza" était initialement prévue le 6 mai et avait été interdite pour "risque de troubles à l’ordre public"

L'activiste très controversée franco-palestinienne Rima Hassan s'adressant à la foule lors d'un rassemblement « contre la criminalisation des voix de la paix » organisé par LFI, suite à une convocation de la police contre Hassan et une autre membre du parti, à Paris le 30 avril 2024. (Crédit : Geoffroy Van Der Hasselt/AFP)
L'activiste très controversée franco-palestinienne Rima Hassan s'adressant à la foule lors d'un rassemblement « contre la criminalisation des voix de la paix » organisé par LFI, suite à une convocation de la police contre Hassan et une autre membre du parti, à Paris le 30 avril 2024. (Crédit : Geoffroy Van Der Hasselt/AFP)

La justice administrative a décidé d’autoriser une conférence avec l’activiste très controversée franco-palestinienne Rima Hassan à l’Université Paris-Dauphine que la direction de l’établissement avait initialement interdite, selon une ordonnance rendue publique samedi.

« Il y a lieu de suspendre l’exécution de la décision du 22 avril 2024 et d’enjoindre à l’Université Paris Dauphine de mettre fin à l’atteinte à la liberté de réunion […] en permettant au Comité Palestine Dauphine d’organiser la conférence projetée, soit à la date et dans les conditions initialement prévues, soit à une date et dans les conditions déterminées entre les parties », détaille cette décision du tribunal administratif de Paris saisi par deux syndicats de l’enseignement supérieur, Sud-Éducation et la Ferc-CGT.

La réunion intitulée « Agir face à la menace de génocide à Gaza » était initialement prévue lundi 6 mai. Organisée par le Comité Palestine Dauphine, elle devait notamment accueillir Hassan, candidate aux européennes sur la liste du mouvement de gauche radicale La France Insoumise (LFI), largement accusé de flirter avec l’antisémitisme.

La direction de Paris-Dauphine, établissement parisien réputé notamment pour son enseignement en management, finance ou économie, avait fait valoir le « risque de troubles à l’ordre public » et la nécessité de « garantir la sécurité de toutes et de tous » pour interdire cette conférence. Elle avait en outre invoqué que le thème de la réunion excèderait « les missions de l’établissement ou serait de nature à remettre en cause sa neutralité ».

La ministre de l’Enseignement supérieur Sylvie Retailleau a demandé jeudi aux présidents d’universités de veiller au « maintien de l’ordre » public sur leur campus. Elle a demandé en outre de « garantir » la « pluralité des expressions » au sein des universités.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.