La loi doublant les amendes pour violation du confinement adoptée à la Knesset
Rechercher

La loi doublant les amendes pour violation du confinement adoptée à la Knesset

Miki Zohar a condamné la foule d'ultra-orthodoxes qui s'est rendue aux funérailles d'un rabbin mort justement des suites de la covid

Le Président de la Knesset, Yariv Levin, annule le vote demandant une enquête sur l'affaire des sous-marins, le 21 octobre 2020. (Shmulik Grossman/Knesset)
Le Président de la Knesset, Yariv Levin, annule le vote demandant une enquête sur l'affaire des sous-marins, le 21 octobre 2020. (Shmulik Grossman/Knesset)

La loi, à laquelle les partis ultra-orthodoxes et arabes se sont violemment opposés, a été adoptée à 40-18 en deuxième lecture, et à 37-18 en troisième et dernière lecture.

Exceptionnellement, le président de la Knesset, Yariv Levin (Likud), a utilisé sa position pour reprocher au ministre de la Défense Benny Gantz (Kakhol lavan) d’avoir lancé un ultimatum. Gantz ne soutenait la prolongation du confinement actuel que si la Knesset se réunissait au préalable pour approuver un projet de loi doublant les amendes pour les violations du confinement.

Alors que Gantz se tenait à côté de lui avant son discours de cinq minutes avant les votes finaux sur le projet de loi d’augmentation des amendes, Levin lui a dit qu’il avait « échoué lamentablement dans la sauvegarde du statut de la Knesset ».

« Il n’y a jamais eu de situation où un tel ultimatum a été posé pendant un hiatus de la Knesset », a-t-il déclaré, accusant Gantz de « tenir à la gorge les citoyens israéliens et la Knesset ».

Gantz a répondu en disant qu’il comprenait le « discours honteux que vous venez de faire, que le président de la Knesset n’est pas censé faire. Depuis plus de deux mois, ce projet de loi est prêt au cabinet et vous n’avez pas veillé à ce qu’il soit présenté à temps, et c’est dommage ».

Un bus incendié à Bnei Brak, le 25 janvier 2020. (Crédit : Police israélienne)

La police a par ailleurs annoncé qu’un garçon de 15 ans de Bnei Brak sera inculpé pour l’incendie d’un bus à Bnei Brak la semaine dernière, au cours des émeutes généralisées de Haredi concernant l’application des règles de confinement par la police. L’adolescent a été mis en accusation parce qu’il est soupçonné d’avoir troublé l’ordre public et d’avoir mis le feu au bus.

Un membre éminent du Likud dirigé par le Premier ministre Benjamin Netanyahu a exprimé dimanche de rares critiques à l’égard de la communauté ultra-orthodoxe, après qu’environ 10 000 personnes ont assisté aux funérailles du chef de la yeshiva de Brisk, le rabbin Meshulam Dovid Soloveitchik, décédé justement de la COVID-19.

Le député Likud Miki Zohar lors d’une réunion de la commission d’organisation à la Knesset à Jérusalem, le 13 janvier 2020. (Hadas Parush/Flash90)

Miki Zohar, chef de file de la coalition et du Likud, a qualifié les images des funérailles de « consternantes ».

« Alors que le pays lutte contre la morbidité croissante, rien ne justifie de tels rassemblements, quelles que soient les circonstances », a-t-il déclaré dans un tweet. « Des mesures déterminées sont nécessaires pour renforcer l’application de la loi contre les rassemblements, dans toutes les communautés ».

Des milliers d’hommes ultra-orthodoxes assistent aux funérailles de feu le rabbin Meshulam Dovid Soloveitchik à Jérusalem, le 31 janvier 2021. (Yonatan Sindel/Flash90)

Le mouvement de droite Im Tirtzu a ensuite lancé une initiative visant, selon à eux, à « sauvegarder l’intégrité des élections », dans une campagne qui ressemble aux allégations sans fondement de l’ancien président américain Donald Trump concernant une fraude électorale à grande échelle lors du scrutin de novembre 2020 dans ce pays.

Un message de la page Facebook d’Im Tirtzu commence par cette phrase : « Cette année, personne ne volera de votes », en référence aux élections à la Knesset du 23 mars.

Une affiche tente de délégitimer le président de la commission centrale électorale et juge de la Cour suprême, Uzi Vogelman, en précisant qu’il est un ancien élève du programme de leadership de la Fondation Wexner, qui a fait l’objet de revendications de conspiration de la part de la droite. L’affiche indique également que Vogelman a approuvé la candidature du « terroriste » Hiba Yazbak de la faction Balad de la Liste arabe unie.

« Avec tout le respect dû au juge Vogelman, pour assurer l’intégrité des prochaines élections, la population doit d’abord se faire confiance », dit l’affiche.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...