Rechercher

La Lufthansa aurait refusé l’embarquement de tous les Juifs « visibles » à Francfort

Dans une vidéo, un employé déclare que les Juifs ne monteront pas dans l'avion à destination de Budapest parce que deux d'entre eux avaient refusé de porter le masque obligatoire

Les passagers juifs d'un vol de la Lufthansa accueillis par la police à leur arrivée à Francfort. (Autorisation via JTA)
Les passagers juifs d'un vol de la Lufthansa accueillis par la police à leur arrivée à Francfort. (Autorisation via JTA)

NEW YORK JEWISH WEEK via JTA — Des Juifs orthodoxes, qui voyageaient en groupe, demandent à la Lufthansa de présenter ses excuses après que la compagnie aérienne a refusé de les embarquer à bord d’un vol reliant New York à Budapest, mardi dernier.

Les passagers ont déclaré que tous les Juifs orthodoxes identifiables avaient été refusés à l’embarquement d’un vol de correspondance à Francfort, en Allemagne, parce qu’un groupe de passagers avait refusé de se conformer à l’obligation du port du masque décidée par le transporteur allemand lors de la première partie du voyage.

Dans une vidéo filmée par un passager, un employé de la Lufhtansa déclare que « tout le monde doit payer », ajoutant : « Ce sont des Juifs qui arrivent de JFK. Ce sont des Juifs qui ont mis la pagaille, ce sont eux qui ont créé des problèmes. »

La vidéo, qui a été signalée et partagée dans un premier temps par le site de voyage Dan’s Deals, spécialisé dans le low cost, a ensuite été postée sur YouTube et Instagram, entraînant des comparaisons furieuses avec la manière dont les Juifs avaient été traités pendant la Shoah.

Les images, floutées dans la mesure où il est interdit de filmer une personne sans son consentement en Allemagne, a été supprimée pour violation des politiques sur les discours de haine mises en place par YouTube et Instagram. Elle est restée visible sur Twitter.

YouTube a ultérieurement remis en ligne la vidéo.

Il a aussi été interdit aux passagers d’acheter un autre billet pour Budapest pour 24 heures.

Ces voyageurs juifs se rendaient à un pèlerinage annuel sur le tombeau du rabbin Yeshayah Steiner, rabbin de renom qui s’est éteint en 1925 et qui a été inhumé dans un village du nord-est de la Hongrie. Selon Dan’s Deals, il y avait environ 135 à 170 Juifs à bord du vol, dont 80 % d’entre eux étaient vêtus des habits traditionnellement portés par les Hassidiques.

Un passager, Usher Schik, a confié au New York Jewish Week qu’il était assis à l’avant de l’avion. Il a déclaré qu’il n’avait pas remarqué que des voyageurs ne portaient pas le masque autour de lui, reconnaissant que certains, à l’arrière, ne s’étaient peut-être pas conformés à la règle.

« Si vous estimez qu’il faut sanctionner des individus qui ne se conforment pas aux règles, pas de problème », a commenté Schik. « Mais on ne peut pas punir un groupe ethnique entier simplement parce que nous nous ressemblons tous. » Schik a ajouté qu’il y avait de multiples groupes dans l’avion et que la majorité ne se connaissaient pas avant le voyage.

« La plus grande partie des passagers voyageait de manière individuelle », a-t-il expliqué. « Certains avec de la famille et, pour ma part, j’étais accompagné par mon beau-frère. »

Selon un communiqué de la Lufthansa, il y avait à bord un groupe important de passagers « qui ont refusé de porter le masque obligatoire et imposé par la loi ».

« Pour des raisons légales, nous ne pouvons pas dévoiler le nombre de passagers impliqués dans l’incident », a noté le communiqué que Dan Deal’s a obtenu. « La Lufthansa continuera à se soumettre à toutes les obligations légales, et notamment à l’obligation du port du masque imposée par le gouvernement allemand et par les gouvernements des pays que nous desservons. Nous appliquons ces obligations sans préjugé et en gardant à l’esprit le bien-être de tous nos passagers. »

Schik a raconté que, lorsqu’il est arrivé à Francfort en provenance de JFK, les voyageurs ont été accueillis par des dizaines de policiers qui les attendaient à la porte.

Dans le vol Lufthansa en direction de Francfort, des Juifs orthodoxes prient à l’arrière de l’avion. (Autorisation via JTA)

« On parle ici de policiers dont certains avaient des armes à feu imposantes », a continué Schik. « Nous avons vraiment été blessés et inquiets en voyant ça. »

Schik a noté qu’il n’avait pas pu embarquer à bord du vol vers Budapest parce qu’il portait l’habit traditionnel des Hassidiques. « Ils ont dit mon nom et, une fois qu’ils m’ont vu, ils ont refusé que j’embarque parce que je suis Juif », a-t-il déclaré.

Selon Dan’s Deals, un individu nommé Max Weingarten a pu embarquer à bord de l’avion à destination de Budapest parce qu’il portait un polo noir et qu’il n’avait pas l’apparence d’un Juif hassidique.

Weingarten, qui a fait le voyage en première classe, a indiqué qu’il n’avait pas porté le masque entre JFK et Francfort, que personne ne lui avait demandé de le faire et que le personnel de bord n’était pas masqué.

Eli Miesels, un Juif portant une casquette de base-ball qui a pu, lui aussi, partir pour Budapest, a déclaré à Dan’s Deals que l’appareil avait décollé avec seulement 20 passagers alors qu’il a la capacité d’en accueillir plus de 190.

Schik a également dit que le commandant de bord avait quitté la porte « comme si c’était une zone de guerre ».

« Il n’a pas voulu donner une chance aux passagers de monter dans l’avion », a regretté Schik.

Il a ajouté qu’un employé qui se trouvait à la porte lui avait dit que l’ordre d’interdire les Juifs à bord de l’avion provenait du commandant de bord.

Schik a signalé qu’il avait eu de la chance dans la mesure où il avait pu effectuer une nouvelle réservation pour Budapest malgré l’interdiction de 24 heures.

Il a raconté qu’alors qu’il se trouvait à Budapest, il avait parlé avec d’autres Juifs qui s’étaient envolés pour Vienne et qui avaient ensuite pris un bus pour la Hongrie après avoir été refusés par la Lufthansa.

Schik a estimé que la compagnie aérienne devait au minimum présenter ses excuses et donner des informations sur ce qui s’était réellement produit. « Il y a des responsabilités à établir », s’est-il exclamé. « C’était très clairement de l’antisémitisme. »

Pour sa part, le rabbin David Zwiebel, de l’organisation Agudath Israel of America, a écrit une lettre au directeur-général de la Lufthansa, Carsten Spohr, lundi, réclamant que les faits soient examinés après avoir entendu « des récits perturbants » sur l’incident.

« Des personnes ont été sanctionnées uniquement parce qu’elles avaient la même religion et qu’elles sont de la même origine ethnique que ceux qui auraient violé les règles », note le courrier.

De son côté, la Lufthansa n’a pas répondu à la demande de réaction du New York Jewish Week.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...