La Maison Blanche dénonce le dénigrement après certaines nominations
Rechercher

La Maison Blanche dénonce le dénigrement après certaines nominations

La Juive Anne Neuberger et le Palestinien Maher Bitar ont notamment été accusés de "double loyauté"

Jacob Magid est le correspondant pour les questions liées aux implantations pour le Times of Israël

Ann Neuberger, la nouvelle directrice de la cyber-sécurité à la NSA (g) et Maher Bitar, nommé à la tête des programmes de renseignement de la NSC. (Crédit : capture d'écran YouTube)
Ann Neuberger, la nouvelle directrice de la cyber-sécurité à la NSA (g) et Maher Bitar, nommé à la tête des programmes de renseignement de la NSC. (Crédit : capture d'écran YouTube)

Jeudi, la Maison Blanche a dénoncé implicitement de fausses accusations portées contre une Juive et un Palestinien, récemment nommés à des postes de responsabilité au sein de l’administration Biden. Des accusations aux relents racistes et évoquant une soi-disante « double loyauté ».

« Nous sommes consternés par les récentes accusations calomnieuses contre les membres de nos équipes. Nous nous félicitons de la veille et du contrôle exercé par les médias, mais rien ne justifie des attaques ad hominem basées sur l’identité ethnique, raciale ou religieuse », a écrit la porte-parole du Conseil de sécurité nationale (NSC), Emily Horne, dans un communiqué.

Emily Horne n’a pas explicitement mentionné de quel journal il s’agissait, mais sa déclaration est intervenue moins d’un jour après la publication d’un article par le magazine de gauche Mother Jones sur Ann Neuberger, la nouvelle directrice de la cyber-sécurité à la NSA ainsi que quelques jours après la publication d’un éditorial du Jewish News Syndicat (JNS) de droite, contre Maher Bitar, nommé à la tête des programmes de renseignement de la NSC.

Selon l’article de Mother Jones, repris par NBC News, le Comité des affaires publiques israélien (AIPAC) aurait reçu la somme de 500 000 dollars d’une fondation dirigée par Neuberger et son mari Yehuda. Cette dernière acheminerait les fonds par l’intermédiaire de l’Associated Jewish Community Federation de Baltimore.

L’AIPAC et d’autres grandes associations juives américaines, ont fustigé cet article assurant que l’accusation de « double loyauté » était « antisémite ».

Bien que le magazine Mother Jones ait continué a publié cet article, NBC News qui l’a repris a précisé dans une note au début de l’article, que ce dernier ne correspondait pas aux « normes d’investigation de NBC ».

La note indique qu’il aurait été plus sérieux de présenter des « citations officielles plutôt que des citations anonymes ». « Il aurait fallu également que l’article propose le point de vue de celles et ceux qui considèrent que ce versement de l’AIPAC ne représente pas un conflit d’intérêts. Ce qui n’a pas laissé suffisamment de temps à Neuberger pour répondre à notre enquête ».

Entre temps, un éditorial a été publié par JNS, affirmant que Maher était un activiste anti-israélien qui avait organisé des conférences pour « les partisans du terrorisme islamiste » lorsqu’il était étudiant à l’Université.

Rejetant les attaques récentes contre l’administration Biden, Horne a déclaré : « Les femmes et les hommes du NSC, sont des patriotes, ils sont dévoués et servent leur pays avec distinction. Subir des campagnes de dénigrement ne devrait pas faire partie de leur travail mené au service du peuple américain ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...