La mère du journaliste assassiné Daniel Pearl est morte à 85 ans
Rechercher

La mère du journaliste assassiné Daniel Pearl est morte à 85 ans

Le mari de Ruth Pearl, Judea, affirme qu'elle considérait que sa plus grande réussite était le livre qu'ils ont publié à la mémoire de leur fils

Ruth Pearl lors de la célébration du centenaire de l'ACM Turing à San Francisco, le 18 juin 2012 (Ryan Anson/AP Images for Association for Computing Machinery).
Ruth Pearl lors de la célébration du centenaire de l'ACM Turing à San Francisco, le 18 juin 2012 (Ryan Anson/AP Images for Association for Computing Machinery).

Ruth Pearl, la mère du journaliste juif américain assassiné Daniel Pearl, est décédée la semaine dernière à l’âge de 85 ans.

Son mari Judea a confirmé son décès le 20 juillet, mais n’en a pas précisé la cause, selon le New York Times.

En 2002, Ruth Pearl et son mari avaient été propulsés sous les projecteurs du monde entier, après que leur fils Daniel eut été enlevé et brutalement assassiné alors qu’il était en reportage pour le Wall Street Journal au Pakistan.

Daniel Pearl a disparu le 23 janvier 2002 à Karachi, où il enquêtait sur les liens entre des groupes terroristes pakistanais et Richard C. Reid, surnommé le « shoe bomber ». Reid avait tenté de faire exploser un vol Paris-Miami avec des explosifs cachés dans ses chaussures.

Le corps de Pearl a été découvert dans une fosse peu profonde peu après qu’une vidéo de sa décapitation eut été livrée au consulat des États-Unis à Karachi.

Ses derniers mots ont été : « Mon père est juif, ma mère est juive, je suis juif ».

Le président Bush, à droite, embrasse Ruth Pearl, à gauche, sous le regard de son mari, le professeur Judea Pearl, au centre, lors de la réception de Hanoukka dans le Grand Foyer de la Maison Blanche, le 10 décembre 2007, à Washington. (AP Photo/Pablo Martinez Monsivais)

En 2003, les Pearl ont publié un livre intitulé I Am Jewish: Personal Reflections Inspired by the Last Words of Daniel Pearl [Je suis juif: Réflexions personnelles inspirées par les derniers mots de Daniel Pearl].

Selon le New York Times, Judea Pearl a déclaré que sa femme, qui a effectué la majeure partie de l’édition, considérait le livre comme sa plus grande réussite. Il comprend un essai de Ruth Pearl, ainsi que des textes de Ruth Bader Ginsburg, Kirk Douglas et Nadine Gordimer.

Ruth Pearl est née à Bagdad, en Irak, en 1935. Elle a rencontré Judea au Technion de Haïfa – l’Institut israélien de technologie. Ils se sont ensuite mariés en 1960 et se sont installés dans le New Jersey.

Les Pearl ont eu trois enfants, Daniel étant le cadet.

Elle laisse derrière elle son mari, sa sœur Carmella, ses filles Michelle et Tamara, sa belle-fille Mariane et ses petits-enfants Leora, Tori, Ari, Evan et Adam.

Daniel Pearl. (Photo : Autorisation de la Fondation Daniel Pearl)

Au début de l’année, la Cour suprême du Pakistan a ordonné la libération d’un homme d’origine britannique, Ahmed Omar Saeed Sheikh, condamné à mort pour le meurtre de Daniel Pearl, mais il doit rester en détention dans un logement similaire à celui du personnel pénitentiaire pendant l’examen d’un autre appel.

Sheikh et trois complices sont derrière les barreaux depuis 2002, date à laquelle ils ont été reconnus coupables de l’enlèvement et du meurtre de Daniel Pearl.

Depuis lors, ils ont gagné et perdu une série d’appels et de contre-appels dans le cadre de cette affaire, un tribunal de première instance ayant annulé l’an dernier leur condamnation pour meurtre.

Washington a précédemment demandé au Pakistan de remettre Sheikh aux autorités américaines s’il est libéré.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...