Rechercher

La moitié des enseignants n’ont pas reçu de doses de rappel contre la Covid-19

Selon une source ministérielle, il n'est pas question d'assouplir la réglementation. Le personnel scolaire non vacciné devra effectuer des tests COVID deux fois par semaine

Vue d'une salle de classe dans une école pour filles de Tzfat, le 30 août 2021. (Crédit : David Cohen/Flash90)
Vue d'une salle de classe dans une école pour filles de Tzfat, le 30 août 2021. (Crédit : David Cohen/Flash90)

Le ministère de l’Éducation a indiqué dimanche que seulement la moitié des enseignants en Israël avaient reçu une injection de rappel du vaccin contre le coronavirus.

Il n’a pas été précisé si ce chiffre concernait l’ensemble des enseignants ou les quelque 90 % d’entre eux qui ont reçu les deux premières doses.

À partir du 1er octobre, toute personne ayant droit à une injection de rappel et qui ne l’a pas reçue se verra retirer son laissez-passer vert, ce qui l’obligera à présenter un test de dépistage du coronavirus négatif pour accéder à divers lieux et événements. Les écoles sont incluses dans le système du laissez-passer vert, les enseignants devant soit être vaccinés, soit présenter régulièrement un résultat négatif au test COVID-19.

Dimanche soir, 3 055 366 personnes en Israël, soit 33 % de la population totale, avaient reçu une troisième dose de rappel du vaccin.

Selon le ministère de l’Education, il n’est pas prévu à ce stade d’assouplir la réglementation pour les enseignants et tous les membres du personnel enseignant non vaccinés devront effectuer un test de dépistage du coronavirus deux fois par semaine pour pouvoir entrer dans leurs établissements d’enseignement.

« Nous pensons que la plupart des enseignants seront vaccinés avec un rappel pendant la semaine de Souccot et pendant les premiers jours d’école », a déclaré une source du ministère de l’Éducation citée par le site d’information Walla.

« Un enseignant qui n’a pas reçu de rappel devra subir des tests [COVID-19] réguliers. La plupart des enseignants ont été vaccinés avec le premier et le deuxième vaccin, ce qui signifie qu’ils n’ont plus pour mission de refuser les vaccins. Pour la plupart d’entre eux, il s’agit juste de savoir quand ils vont faire le troisième. Je ne vois pas de situation où la plupart des enseignants ne seront pas vaccinés », ont-ils déclaré.

Illustration : Un enseignant de jardin d’enfants vue au « Kobi kindergarten » à Moshav Yashresh, le 8 février 2021. (Crédit : Yossi Aloni/Flash90)

Selon la source, le ministère de l’Éducation élargira les informations sur les vaccins contre le coronavirus données aux enseignants.

« Nous allons renforcer l’information des enseignants et aussi nous préparer à la pire des situations – une grande pénurie d’enseignants. Mais je ne vois pas de chaos [potentiel] ici, les enseignants sont des personnes responsables », ont-ils déclaré.

Plus tôt dans la journée de dimanche, les syndicats représentant les enseignants des écoles et des jardins d’enfants ont critiqué une décision du législateur qui exige que les élèves retournant à l’école après les prochaines vacances de Souccot présentent un test négatif de l’antigène COVID-19.

Le syndicat des enseignants a déclaré qu’il n’appartenait pas aux éducateurs de contrôler le respect des règles sanitaires par les élèves.

Lors d’une réunion de la commission de l’Education de la Knesset dimanche matin, la secrétaire générale du syndicat des enseignants israéliens, Yaffa Ben David, a déclaré aux législateurs que les directeurs d’école et les enseignants des jardins d’enfants ne sont pas censés être des « gardiens du coronavirus ».

« Quelqu’un ici est complètement confus », a-t-elle déclaré, selon un communiqué publié par le syndicat.

La secrétaire-générale du Syndicat des enseignants, Yaffa Ben-David, lors d’une commission de l’Éducation,de la culture et des sports au parlement israélien, le 5 août 2019. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Yaffa Ben David, chef du syndicat des enseignants d’Israël à Jérusalem, le 15 mars 2021 (Yonatan Sindel/Flash90)

Dimanche soir, le règlement a été adopté par la commission de l’Education.

Avant son approbation, Ben David a déclaré que si le règlement devait être approuvé, le Syndicat des enseignants d’Israël déposerait une requête auprès de la Haute Cour de Justice « pour empêcher ce décret. »

L’association des enseignants des jardins d’enfants a également déclaré dans un communiqué : « Nous ne sommes pas la police et notre travail n’est pas d’empêcher l’entrée au jardin d’enfants ».

La nouvelle mesure devrait s’appliquer à tous les élèves de la maternelle à la Sixième. Avant le début de l’année scolaire, le 1er septembre, les parents de tous les élèves du CP à la Sixième ont été invités à se procurer des kits de dépistage rapide de l’antigène dans les écoles et à les administrer à leurs enfants, mais ils n’ont pas été rendus obligatoires pour l’admission dans les classes.

Les tests rapides peuvent être effectués à la maison et les résultats prennent moins de 15 minutes. Selon la nouvelle mesure – approuvée par le procureur général – les parents ou tuteurs devront signer une déclaration attestant que le test s’est révélé négatif.

Un parent récupère un kit de test rapide COVID avant l’ouverture de la nouvelle année scolaire, à Tel Aviv, le 30 août 2021. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)

La plupart des élèves en Israël étaient en classe dimanche pour la dernière journée avant la fête de Souccot, qui commence lundi soir. La majorité des écoles sont fermées pendant toute la semaine de fêtes, les enfants devant retourner en classe le 30 septembre.

Pendant ce temps, les cas graves de COVID-19 ont atteint leur chiffre le plus élevé depuis le début du mois, 11 jours après la fin de la fête de Rosh HaShana, qui est souvent célébrée par de grands repas de fête.

Selon le ministère de la Santé, plus de 8 500 Israéliens ont été testés positifs au coronavirus samedi, dont 59 % d’enfants en âge scolaire. Dimanche matin, près de 45 000 élèves avaient contracté la COVID-19, et 92 000 autres sont en quarantaine obligatoire suite à une exposition avec un patient vérifié.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...