La nièce de Mike Brant explique le traumatisme du chanteur lié à la Shoah
Rechercher

La nièce de Mike Brant explique le traumatisme du chanteur lié à la Shoah

À l'occasion du 45e anniversaire de la mort du chanteur, Yona Brand est revenue sur son traumatisme lié à la déportation de sa mère

Pochette d'un album de Mike Brant.
Pochette d'un album de Mike Brant.

Samedi dernier marquait le 45e anniversaire de la mort du chanteur et compositeur israélien Mike Brant.

Né Moshé Brand, il était devenu célèbre en France au début des années 1970, avant sa mort à l’âge de 28 ans dans des circonstances restées troubles.

Dans une interview donnée au magazine Ici Paris dans son numéro du 22 avril, Yona Brand, nièce du chanteur, est revenue sur le traumatisme de l’artiste lié à la déportation de sa mère.

Décrit comme « très pudique et sensible », elle raconte qu’il avait « fait un ulcère de l’estomac assez grave à 15 ans, deux ans après avoir appris les sévices qu’avait subis Bronia, sa maman, pendant la Shoah. Elle avait été déportée à Auschwitz, il ne le savait pas ».

Elle explique que l’histoire des parents du chanteur est longtemps restée un secret familial : « Personne n’en parlait à la maison, mais ça planait dans l’ambiance familiale. Mike restait souvent seul avec son petit frère, mon papa, dont il s’occupait. »

Yona Brand est également revenue sur la vie sentimentale du chanteur, expliquant qu’il a toujours « été quitté par les femmes qu’il aimait ».

« Avant sa dernière compagne Lena (un mannequin suédois de 19 ans), il y a eu Guita, une hôtesse de l’air canadienne, qui avait du mal à accepter sa carrière et qui lui a demandé de choisir. Il s’est senti trahi. Son premier grand amour, Sarah Itskovitch, sa voisine à Haïfa (ville où a vécu le chanteur et où il repose), était aussi hôtesse de l’air. Elle avait dix ans de plus que lui », explique-t-elle.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...