La Norvège ouvre une ligne de crédit d’un milliard de dollars pour l’Iran
Rechercher

La Norvège ouvre une ligne de crédit d’un milliard de dollars pour l’Iran

L'Iran a signé en juillet 2015 un accord avec les grandes puissances qui a permis la levée d'une partie des sanctions internationales

Børge Brende (Crédit : Eric Miller/CC BY-SA 2.0/Wikimedia commons)
Børge Brende (Crédit : Eric Miller/CC BY-SA 2.0/Wikimedia commons)

La Norvège va ouvrir une ligne de crédit d’un milliard de dollars (887 millions d’euros) pour l’Iran, a annoncé mercredi la République islamique à la suite d’une rencontre entre les ministres des Affaires étrangères des deux pays à Téhéran.

Mohammad Javad Zarif et Borge Brende ont signé trois accords d’ « exportation de crédit » visant à financer « des projets de développement et d’infrastructures », a indiqué le ministère iranien des Affaires étrangères dans un communiqué.

L’Iran a signé en juillet 2015 un accord avec les grandes puissances qui a permis la levée d’une partie des sanctions internationales contre ce pays en échange d’une limitation de son programme nucléaire à un usage civil.

Mais depuis l’entrée en vigueur de l’accord en janvier, la République islamique déplore des freins persistants à son retour dans le système financier international. De nombreuses banques se montrent réticentes à revenir dans le pays et à commercer avec l’Iran en raison des menaces de sanctions posées par les Etats-Unis.

Si plusieurs pays européens ont exprimé leur volonté de renouer des relations commerciales avec l’Iran, Washington a maintenu des sanctions, liées notamment au programme balistique iranien.

« Après la levée des sanctions, de bonnes opportunités sont apparues (…) et la Norvège est prête à utiliser la situation post-accord pour élargir la coopération dans divers domaines », a déclaré Brende selon l’agence de presse officielle Irna.

Le ministre norvégien a rencontré d’autres hauts responsables lors de sa visite, dont le secrétaire du Conseil suprême de la sécurité nationale Ali Shamkhani, avant de se rendre au Pakistan.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...