Israël en guerre - Jour 260

Rechercher

La Nouvelle-Zélande suspend à son tour son aide à l’UNRWA

L'aide néo-zélandaise s'élevait à environ 610 000 dollars par an ; Wellington appelle à ce que les allégations d'implications de l'agence dans l'attaque du 7 octobre "fassent l'objet d'une enquête"

Des Palestiniens déplacés reçoivent une aide alimentaire au centre de l'Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine (UNRWA) à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 28 janvier 2024. (Crédit : AFP)
Des Palestiniens déplacés reçoivent une aide alimentaire au centre de l'Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine (UNRWA) à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 28 janvier 2024. (Crédit : AFP)

La Nouvelle-Zélande a à son tour annoncé mardi suspendre son financement à l’agence de l’ONU d’aide aux réfugiés palestiniens (UNRWA), après des accusations selon lesquelles certains de ses salariés ont été impliqués dans l’attaque terroriste du Hamas le 7 octobre.

A cette date, le Hamas a envoyé 3 000 terroristes armés en Israël, le 7 octobre, pour mener une attaque brutale au cours de laquelle ils ont tué près de 1 200 personnes. Les terroristes ont également pris en otage 253 personnes, pour la plupart des civils, et les ont emmenées à Gaza. Israël a réagi en lançant une campagne militaire dont l’objectif vise à détruire le Hamas, à l’écarter du pouvoir à Gaza et à libérer les otages.

Le Premier ministre Christopher Luxon a précisé que cette pause durerait le temps que la lumière soit faite. « Ces allégations sont extrêmement graves. Il est important qu’elles soient bien comprises et fassent l’objet d’une enquête », a-t-il déclaré à la presse.

A la suite des accusations formulées par Israël la semaine dernière, l’agence des Nations unies pour les réfugiés palestiniens (UNRWA), qui fournit une aide vitale aux civils de la bande de Gaza, a licencié plusieurs de ses salariés et promis une enquête approfondie.

Avant la Nouvelle-Zélande, onze pays – dont les Etats-Unis, le Royaume-Uni, l’Allemagne et le Japon – avaient déjà suspendu leur financement à l’agence, malgré l’appel du secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, à ce que l’aide se poursuive.

M. Guterres doit recevoir mardi à New York les « principaux donateurs » de l’agence pour faire un point dans ce dossier.

L’Union européenne a pour sa part demandé lundi à l’Unrwa « d’accepter qu’un audit soit mené par des experts indépendants choisis par la Commission européenne ».

L’aide néo-zélandaise à l’Unrwa s’élevait à environ 1 million de dollars néo-zélandais (610 000 dollars) par an, selon M. Luxon.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.