La police a déjoué une attaque au couteau à Jérusalem
Rechercher

La police a déjoué une attaque au couteau à Jérusalem

Dans un incident distinct, deux jeunes arabes ont été interdits d'entrée dans un village israélo-palestinien après avoir tenté de retirer un drapeau israélien

Le couteau retrouvé sur un habitant de Hébron arrêté par la police israélienne le 8 août 2018. (Crédit : police israélienne)
Le couteau retrouvé sur un habitant de Hébron arrêté par la police israélienne le 8 août 2018. (Crédit : police israélienne)

La police a révélé mercredi avoir déjoué une tentative d’attaque au couteau par un Palestinien dans la Vieille Ville de Jérusalem la semaine dernière.

Le suspect, un homme de 26 ans vivant à Hébron, en Cisjordanie, a été arrêté et fouillé dans la Vieille Ville le 8 août, et a été trouvé en possession d’un couteau et d’un bombe de gaz lacrymogène, a indiqué la police.

Selon la police, le suspect aurait dit se rendre à Jérusalem pour y prier. Craignant qu’il ne cache quelque chose, les policiers l’ont arrêté et interrogé. Les procédures ont été gardées secrètes.

« Les interrogateurs de la police ont utilisé certaines techniques d’investigation grâce auxquelles ils sont parvenus à découvrir les véritables intentions du suspect », a indiqué la police dans un communiqué.

« Le suspect est entré illégalement en Israël avec un couteau et une bombe de gaz lacrymogène afin de commettre des attaques au couteau à Jérusalem contre des citoyens et/ou des agents de sécurité. »

Le suspect a été placé en détention jusqu’au 20 août afin de conclure l’enquête, a indiqué la police.

La police a ajoute qu’il « ne fait aucun doute que l’arrestation du suspect et la découverte de ses intentions ont permis d’éviter que des attaques lourdes de conséquences soient commises à Jérusalem. »

Mercredi également, deux arabes israéliens ont été interdits d’entrée dans le village arabe israélien de Jisr az-Zarka pour une durée de 15 jours, après avoir tenté de retirer un drapeau israélien d’un poste de police.

La police a déclaré que les deux suspects, arrêtés samedi soir dans le cadre de « la lutte déterminée de la police contre le phénomène de violence contre les symboles de l’Etat et les fondations de la démocratie ».

Après leur arrestation, les suspects ont été interrogés et emprisonnés avant d’être libérés sous conditions, a précisé la police, et ont reçu une injonction d’éloignement de Jisr az-Zarka pour 15 jours.

La police a ajouté que l’enquête était toujours en cours et que les résultats permettront une éventuelle mise en examen pour dégâts sur des symboles de l’Etat.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...