La police découvre une mitraillette dans le cartable d’un lycéen
Rechercher

La police découvre une mitraillette dans le cartable d’un lycéen

Les trois suspects, âgés de 17 ans, ont été arrêtés pour une fouille du véhicule et la police a découvert l'arme et son chargeur

Une mitraillette trouvée parmi des livres d'école dans un sac appartenant à un lycéen arabe israélien, le 23 décembre 2019. Crédit : police israélienne)
Une mitraillette trouvée parmi des livres d'école dans un sac appartenant à un lycéen arabe israélien, le 23 décembre 2019. Crédit : police israélienne)

La police a procédé lundi à un contrôle et à une fouille de trois lycéens arabes israéliens et ont trouvé une mitraillette cachée dans un cartable parmi les livres scolaires.

Les étudiants, tous âgés de 17 ans, fréquentent un lycée de la région de Galilée. Ils ont été arrêtés et sont soupçonnés de faire du trafic d’armes et de possession d’une arme à feu, a déclaré la police israélienne dans un communiqué.

La police a déclaré que dans le cadre de la répression des armes illégales dans la communauté arabe israélienne, elle a arrêté une voiture dans laquelle se trouvaient les trois étudiants et a découvert, lors d’une fouille de leurs affaires, une mitraillette Carlo, une version rudimentaire de la mitraillette Carl Gustav, fabriquée à la main.

Le chargeur de la mitrailleuse a également été trouvé.

Le tribunal de Haïfa a prolongé la détention préventive des suspects jusqu’à mercredi.

La police a déclaré que depuis le début de l’année, elle a confisqué plus de 4 700 armes à la communauté arabe israélienne. Rien que dans le district nord, la police a saisi 440 armes, dont des mitraillettes Carlo, des fusils de chasse, des fusils d’assaut M-16 et des pistolets. En outre, la police a trouvé près de 300 engins explosifs, y compris des grenades.

Les communautés et les dirigeants arabes ont demandé à la police de renforcer la répression pour rendre leurs rues plus sûres, accusant la police israélienne d’ignorer la violence dans leurs communautés, qu’il s’agisse de querelles familiales, de guerres de territoire, de la mafia, de violence domestique ou de crimes d’honneur. La présence d’armes à feu illégales est particulièrement préoccupante.

La police rejette catégoriquement les allégations d’indifférence et assure faire tout ce qui est en son pouvoir pour endiguer la violence.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...