La police en état d’alerte pour la Gay pride de Jérusalem
Rechercher

La police en état d’alerte pour la Gay pride de Jérusalem

2 500 agents seront déployés ; Des douzaines d'extrémistes de droite et d'activistes anti-LGBT ont indiqué que la police les avait mis en garde contre d'éventuelles perturbations

Des membres de la communauté LGBT entourés de centaines de policiers israéliens manifestent tourte de Jaffa, à Jérusalem, le 14 août 2015, après l'attaque au couteau mortelle pendant la Gay Pride annuelle de la ville le 30 juillet 2015. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90).
Des membres de la communauté LGBT entourés de centaines de policiers israéliens manifestent tourte de Jaffa, à Jérusalem, le 14 août 2015, après l'attaque au couteau mortelle pendant la Gay Pride annuelle de la ville le 30 juillet 2015. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90).

La police de Jérusalem se prépare à d’éventuelles violences lors de la Gay pride qui aura lieu jeudi au sein de la municipalité, des extrémistes ayant appelé à perturber ce qui devrait être le plus important défilé LGBT jamais organisé dans la ville.

Environ 2 500 agents de police, de la police des frontières et autres forces de sécurité encadreront cet événement annuel qui devrait attirer le chiffre record de 30 000 participants.

La gay pride se déroulera dans un contexte de colère entraînée par une récente loi qui a exclu les homosexuels du droit au recours à la gestation pour autrui (GPA).

Un certain nombre d’extrémistes de droite et de militants anti-LGBT ont déclaré aux médias en hébreu qu’ils avaient été convoqués dans les commissariats de police, ces derniers jours, où ils ont été mis en garde contre d’éventuelles perturbations du défilé et où il leur a été conseillé de quitter la ville. Des douzaines d’extrémistes ont fait l’objet d’avertissements similaires.

Deux membres issus du groupe ultra-nationaliste Lehava qui avaient été condamnés pour avoir incendié une école bilingue en hébreu et en arabe en 2014 à Jérusalem ont fait partie des individus auxquels la police a demandé de ne pas se rendre dans le centre-ville de Jérusalem dans la journée de jeudi.

L’année dernière, environ 22 000 personnes avaient pris part à la parade, selon les estimations de la police, sous l’oeil attentif d’environ 1 000 agents.

La marche annuelle a été le théâtre d’une attaque meurtrière il y a trois ans et elle suscite souvent les protestations de l’extrême-droite et de la communauté ultra-orthodoxe.

Bentzi Gopstein, président de Lehava, et des militants de droite protestent lors du défilé annuel de la Gay Pride à Jérusalem, le 21 juillet 2016. (Yonatan Sindel/Flash90)

La police a délivré les autorisations nécessaires pour deux contre-manifestations qui auront lieu pendant le défilé. Lehava organisera un mouvement de protestation à proximité du départ de la marche, près du parc Liberty Bell, tandis que le groupe orthodoxe Liba manifestera contre l’événement à l’entrée de Jérusalem.

Mardi, le fondateur de Lehava, Bentzi Gopstein, a qualifié les membres de la communauté LGBT de « terroristes » dans une vidéo publiée sur Internet, et il a vivement recommandé aux membres de son groupe extrémiste de venir à sa manifestation qui se tiendra sous la bannière « Jérusalem n’est pas Sodome ».

La semaine dernière, plus de 200 rabbins religieux sionistes ont publié une lettre écrite à l’initiative de Liba critiquant la gay pride et les démarches récentes entamées par les groupes LGBT qui tentent de faire modifier la loi sur le recours aux services d’une mère porteuse qui a été adoptée par la Knesset au début du mois de juillet.

Ce courrier, approuvé par un certain nombre de rabbins éminents, statuait que « la plupart des Israéliens sont choqués face aux provocations et à l’égarement de ces groupes de l’abomination ». Il ajoutait que « ce terrorisme agressif accompagné par un lavage de cerveau ininterrompu de la part des médias qui veulent transformer les pervers en héros ne fonctionnera pas ».

Les rabbins ont également fait part de leur soutien au grand rabbin de Jérusalem, qui avait affirmé que les enfants de parents homosexuels étaient exposés à « une existence très étrange et non naturelle ».

La gay pride va avoir lieu alors qu’il y a quelques jours, 100 000 personnes se sont rassemblées sur la place Rabin de Tel Aviv pour protester contre l’exclusion des hommes célibataires de la loi concernant la GPA – ce qui a entraîné des accusations de discrimination des membres de la communauté LGBT au sein de l’Etat juif.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...