La police enquête sur le « lynchage » d’un Erythréen à Beer Sheva
Rechercher

La police enquête sur le « lynchage » d’un Erythréen à Beer Sheva

Les députés de l’opposition demandent que les civils qui ont attaqué une victime sans arme soient traduites en justice

Ilan Ben Zion est journaliste au Times of Israel. Il est titulaire d'une maîtrise en diplomatie de l'Université de Tel Aviv et d'une licence de l'Université de Toronto en études du Proche-Orient et en études juives

Images de la caméra de sécurité montrant un homme érythréen dans la station centrale d'autobus de Beer Sheva le 18 octobre, 2015. (Capture d'écran: Deuxième chaîne)
Images de la caméra de sécurité montrant un homme érythréen dans la station centrale d'autobus de Beer Sheva le 18 octobre, 2015. (Capture d'écran: Deuxième chaîne)

Lundi, la police a affirmé son intention d’enquêter sur l’attaque brutale d’un homme érythréen blessé par des civils. Cet homme a été abattu par erreur par les forces de sécurité dimanche soir au cours de l’attaque qui a eu lieu à la gare routière de Beer Sheva.

Le citoyen érythréen de 29 ans, Haftom Zarhum, a succombé à ses blessures à l’hôpital après que la police, qui l’avait pris pour un terroriste, lui ait tiré dessus.

Il avait ensuite été percuté par une moto. Des vidéos de l’incident le montrent en train de s’échapper, de se faire tirer dessus, puis frappé à la tête à plusieurs reprises par la foule dans la gare routière.

Un membre de la Knesset du parti Meretz a qualifié cette attaque de lynchage et a demandé que les responsables soient arrêtés. Le chef de la police régionale du Néguev, Amnon Alkalai, a ordonné à ses enquêteurs de localiser les civils qui avaient attaqué la victime.

Dans une déclaration, la police affirme que cet incident est « très grave » et « ne permettra pas [aux citoyens] de rendre la justice eux-mêmes ». La police a également appelé « tout le monde à agir avec retenue, à rester extrêmement vigilant et à laisser la police effectuer son devoir ».

L’un des individus qui a pris part à l’attaque contre Zarhum et identifié en tant que Dudu, a déclaré à la Radio de l’Armée lundi matin : « J’ai vu des gens se diriger et se rassembler autour de lui, j’en ai alors conclu qu’il s’agissait du terroriste ».

« Si j’avais su que ce n’était pas le terroriste, je l’aurais protégé comme je me protège moi-même », a reconnu Dudu. « Dans un moment de peur et de pression, on fait des choses dont on n’a même pas conscience ». Il a ajouté : « J’ai mal dormi cette nuit et je ne pouvais penser à rien d’autre que ce qu’il s’est passé. Je me dégoûte ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...