La police enquête sur un second double-suicide dans une chambre d’hôtel
Rechercher

La police enquête sur un second double-suicide dans une chambre d’hôtel

Une femme a été retrouvée morte aux côtés de son compagnon inconscient dans un site touristique de Tel Aviv ; les autorités enquêtent sur une tentative de meurtre-suicide

Raoul Wootliff est le correspondant parlementaire du Times of Israël

Illustration : Des hôtels sur la côte méditerranéenne à Tel Aviv. (Crédit: Serge Attal/Flash90)
Illustration : Des hôtels sur la côte méditerranéenne à Tel Aviv. (Crédit: Serge Attal/Flash90)

La police enquête sur la cause de la mort dans une seconde tentative de double-suicide cette semaine, dans une chambre d’hôtel, après qu’un couple de soixantenaires a été retrouvé inconscient mardi matin. La femme a été déclarée morte et l’homme a été transporté à l’hôpital dans un état grave et doit subir une intervention critique.

Les services d’urgences ont été contactés par l’hôtel Renaissance à Tel Aviv après qu’un membre du personnel a découvert le couple étendu sur le lit, avec ce qui ressemble à une lettre de suicide.

Les ambulanciers de Magen David Adom ont prononcé le décès de la femme de 60 ans sur place et ont transporté l’homme, âgé de 65 ans, à l’hôpital Ichilov de Tel Aviv. Un porte-parole de l’hôpital a indiqué qu’il était dans un état grave mais stable et qu’il était en pleine opération chirurgicale.

La police a déclaré dans un communiqué que « les circonstances de l’incident n’ont pas encore été clarifiées », et ont confirmé l’ouverture d’une enquête.

Un porte-parole de la police a déclaré que bien que l’enquête ne soit pas celle d’un meurtre, « aucune piste n’est exclue pour le moment ».

Il y a 3 jours, un couple de jeunes dans la vingtaine a été retrouvé mort dans des circonstances similaires, dans une chambre d’hôtel à Eilat. Le personnel de l’hôtel Herod’s a retrouvé les corps de Baruch Indig et Odelia Bachar étendus sur le lit avec une lettre de suicide en leur nom.

Mardi, la Cour Suprême a reporté l’autopsie d’Indig et de Bachar, après avoir accepté l’appel des familles ultra-orthodoxes qui s’y sont opposées, et a donné 24 heures à la police pour prouver qu’ils ont un suspect vivant responsable de leur mort.

Le porte-parole de la police a déclaré au Times of Israel que les affaires d’Eilat et de Tel Aviv était traitées séparément, comme des incidents isolés, et rien ne semble indiquer un lien. « Cela dit », a-t-il ajouté, « nous avons déjà vu des cas d’incidents copiés, et c’est peut-être un facteur ici. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...