La police expulse des Juifs du mont du Temple, d’autres donnent des fleurs
Rechercher

La police expulse des Juifs du mont du Temple, d’autres donnent des fleurs

Les Juifs qui fêtaient Yo Yeroushalayim en brandissant un drapeau israélien, ont été arrêtés pour avoir violé les règles des visiteurs sur ce lieu saint

Un activiste de Tag Meir distribue une fleur à une femme musulmane dans la Vieille Ville de Jérusalem le 13 mai 2018, le jour de Yom Yeroushalayim. (Crédit : Rafi Kutz / Tag Meir)
Un activiste de Tag Meir distribue une fleur à une femme musulmane dans la Vieille Ville de Jérusalem le 13 mai 2018, le jour de Yom Yeroushalayim. (Crédit : Rafi Kutz / Tag Meir)

Juifs et musulmans se sont affrontés dimanche dans la matinée sur le mont du Temple, dans la Vieille Ville de Jérusalem. La police a placé en détention des visiteurs juifs qui avaient brandi le drapeau israélien alors que débutent des semaines qui devraient être les plus politiquement sensibles et explosives de l’année.

Selon des témoins oculaires, un groupe de visiteurs juifs a commencé à chanter après être entré sur le site – sacré pour les Juifs comme pour les musulmans – en cette journée de Jérusalem, anniversaire de la prise de contrôle par les soldats israéliens de la Vieille Ville et de Jérusalem-est, à majorité arabe, en 1967.

Les musulmans présents sur le mont du Temple – connu pour eux sous le nom de Haram al-Sharif, ou Noble sanctuaire – ont scandé « Allah Akbar » en direction des Juifs. Les forces de l’ordre ont séparé les deux groupes.

Une vidéo a montré de jeunes israéliens, habillés en bleu et blanc, avec des tenues festives, brandir un drapeau israélien avant d’être immédiatement contrés par des agents de police. Une autre séquence filmée a montré les visiteurs se prosternant sur le sol, contrevenant aux régulations interdisant la prière juive sur le site.

Parmi les jeunes, le fils du député ultra-nationaliste Bezalel Smotrich du parti HaBayit HaYehudi, qui a salué son fils pour son « courage et son respect national ».

« Il viendra un jour, mon fils, où le drapeau israélien sera fièrement levé sur le mont du Temple, dans le Temple », a écrit Smotrich sur Twitter.

Des images de l’incident ont montré les forces de l’ordre faisant quitter le site au groupe de Juifs.

Un porte-parole de la police a déclaré qu’un « certain nombre de visiteurs ont été exclus de la zone pour ne pas avoir respecté les réglementations en termes de comportement pendant la visite », ajoutant que les agents « interrogent les individus qui ont été sortis du mont du Temple ».

Le mont du Temple est le lieu le plus saint du judaïsme et le troisième site le plus sacré de l’islam. Des visites de haut-rang de responsables israéliens et de fausses rumeurs de changements apportés au statu-quo ont précédé des explosions de violence. Sous les termes d’un arrangement mis en place après la victoire d’Israël en 1967, les non-musulmans ont le droit de visiter le site, mais pas d’y prier.

Les Juifs ont l’autorisation d’y entrer pendant des heures limitées, les agents de police les orientant sur un parcours pré-déterminé et leur interdisant de prier, de montrer des symboles religieux ou de brandir le drapeau israélien.

La sécurité a été renforcée à Jérusalem en amont d’une semaine qui sera politiquement tendue, au cours de laquelle l’Etat juif célébrera les 51 ans de la réunification de la ville dimanche, l’ouverture de l’ambassade américaine dans la capitale lundi, et l’apogée de plus de six semaines de manifestations le long de la frontière avec Gaza, quand les Palestiniens marqueront la « catastrophe » de la création de l’Etat d’Israël.

Un nouveau panneau indiquant le chemin vers la nouvelle ambassade américaine à Jérusalem le 7 mai 2018. (AFP Photo / Thomas Coex)

Dans l’après-midi de dimanche, des milliers d’Israéliens devraient participer à la parade de la Journée de Jérusalem annuelle qui fête le 51ème anniversaire de la réunification de la ville, pendant la guerre des Six jours.

200 activistes juifs ont donné des fleurs aux Musulmans dans la Vieille Ville à l’approche de la « dangereuse » marche du drapeau.

Environ 200 activistes ont distribué des fleurs aux résidents arabes de la Vieille Ville de Jérusalem à l’approche de la marche du drapeau – un rassemblement massif de nationalistes juifs qui a été critiqué comme une provocation.

La manifestation alternative au Jour de Jérusalem a été organisée par le groupe Tag Meir, qui affirme que la marche du drapeau « nuit à la routine de la vie et du commerce des résidents du quartier musulman ».

Gadi Gvaryahu, le président de Tag Meir, a déclaré : « Nous sommes venus tendre une main de paix à nos voisins arabes. Nous comprenons la complexité de ce jour pour eux. Nous exprimons nos regrets pour les dégâts dans leur quartier à cause de la marche du drapeau ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...