La police ferme 3 maisons closes de Bat Yam dans un contexte de répression de la prostitution
Rechercher

La police ferme 3 maisons closes de Bat Yam dans un contexte de répression de la prostitution

Tandis que la prostitution reste légale en Israël, le proxénétisme, le trafic de services sexuels et diriger une maison close restent pénalement sanctionnés

Jacob Magid est le correspondant implantations du Times of Israël

Illustration d'une carte de visite faisant la promotion d'une maison close trouvée par terre à Tel Aviv (Capture d'écran /YouTube)
Illustration d'une carte de visite faisant la promotion d'une maison close trouvée par terre à Tel Aviv (Capture d'écran /YouTube)

La police a fait fermer trois maisons closes mercredi à Bat Yam dans le cadre d’une plus vaste opération ciblant l’industrie de la prostitution en Israël.

Elle a également arrêté quatre personnes soupçonnées d’être à la tête de ces maisons de prostitution – deux hommes et deux femmes, dont l’une est une touriste ukrainienne.

La police a également confisqué des dizaines de milliers de shekels retrouvés sur les lieux, ont fait savoir les forces de l’ordre.

Les autorités ont oeuvré ces derniers mois pour réprimer l’industrie de la prostitution à Tel Aviv et dans ses villes environnantes.

Illustration : Une femme se tient à l'extérieur d'une maison close de Tel Aviv, le 21 septembre 2007 (Crédit : Kobi Gideon/Flash90)
Illustration : Une femme se tient à l’extérieur d’une maison close de Tel Aviv, le 21 septembre 2007 (Crédit : Kobi Gideon/Flash90)

Tandis que la prostitution en elle-même est légale en Israël, le proxénétisme, le trafic sexuel et diriger une maison close sont répréhensibles au niveau pénal.

Mardi, des unités de la police des moeurs de Tel Aviv ont mené des opérations dans quatre maisons de prostitution de la ville qui auraient exploité des mineures. D’importantes sommes d’argent et des cartes publicitaires ont été découvertes.

Trois femmes ont été arrêtées, répondant respectivement aux accusations de dissimulation de preuve, dissimulation d’argent et d’outrage aux forces de police. Chacune a été remise en liberté conditionnelle après un interrogatoire, selon les médias hébreux.

Au début de la semaine, la cour des magistrats de Tel Aviv a inculpé deux distributeurs de cartes commerciales qui faisaient la promotion de services de prostitution.

Depuis des années, ces cartes sont jetées dans les rues de Tel Aviv, montrant typiquement la photo provocatrice d’une femme aux côtés du numéro de téléphone et de l’adresse de la maison close assurant sa publicité.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...