La police israélienne accusée de négligence envers les Palestiniens
Rechercher

La police israélienne accusée de négligence envers les Palestiniens

Pour le contrôleur de l'État, les enquêtes sur les tirs sur les Palestiniens en Cisjordanie sont "extrêmement lentes"

Jacob Magid est le correspondant pour les questions liées aux implantations pour le Times of Israël

Moshe Barkat (D), commandant de la police israélienne dans le district de Judée et Samarie visite Efrat, le 18 septembre 2016 (Gershon Elinson/Flash90)
Moshe Barkat (D), commandant de la police israélienne dans le district de Judée et Samarie visite Efrat, le 18 septembre 2016 (Gershon Elinson/Flash90)

Le contrôleur de l’Etat, Yossef Shapira, a critiqué la conduite de la division de la police israélienne en Cisjordanie dans son rapport annuel publié mercredi, affirmant que les forces de l’ordre ne parvenaient pas à enquêter correctement sur les crimes commis contre les Palestiniens. Le rapport accablant a également accusé la police de ne pas avoir tiré les leçons de l’enlèvement et du meurtre de trois adolescents israéliens en 2014, commis sous leur juridiction.

Après avoir enquêté pendant neuf mois sur la police israélienne dans la région de Cisjordanie, Shapira a constaté que la police enquêtait « de manière particulièrement lente » sur les incidents au cours desquels des Palestiniens avaient été abattus par des agents de la police des frontières.

Shapira a noté que, sur les 27 dossiers d’enquête sur les fusillades en cours dans la région de Cisjordanie en mars 2016, deux d’entre eux concernaient des affaires qui ont eu lieu en 2012, quatre en 2013, six en 2014 et neuf en 2015.

Le contrôleur d’État Yossef Shapira présente un rapport sur la guerre de 50 jours entre Israël et le Hamas durant l’été 2014, le 14 mars 2018 à la Knesset de Jérusalem. (AFP/Menahem Kahana)

« Cela nuit gravement au traitement des plaintes et des événements qui nécessitent une enquête rapide, efficace et professionnelle. Elle n’est pas conforme au droit international et sape même la confiance du public dans les forces de l’ordre », a écrit le contrôleur.

Le médiateur a également constaté des fautes dans le traitement par la division de Cisjordanie des plaintes palestiniennes pour vol de terres, à savoir la création d’un avant-poste illégal par des résidents israéliens.

De janvier 2014 à avril 2016, 48 plaintes ont été déposées auprès du district de Cisjordanie concernant la falsification de documents d’achat de terres, mais en janvier 2016, la grande majorité de ces enquêtes n’étaient toujours pas achevées, écrit Shapira.

Le maire d’Efrat Oded Revivi (G) et le commandant de la police israélienne en Judée et dans le district de Samarie, Moshe Barkat (C), à Efrat le 18 septembre 2016. (Gershon Elinson/Flash90)

Le rapport note également que les besoins des résidents juifs des implantations ont été négligés à cause du laxisme de la police.

Bien que le contrôleur ait reconnu la nature difficile de la criminalité souvent liée au terrorisme qui sévit en Cisjordanie, il a néanmoins reproché au district de Cisjordanie de ne pas avoir assuré une coordination adéquate avec d’autres organes chargés de faire respecter la loi, notamment l’armée israélienne, la police des frontières et les services de sécurité du Shin Bet.

Ce point était particulièrement pertinent dans le cas de l’enlèvement, en juin 2014, d’Eyal Yifrach, de Naftali Fraenkel et de Gil-ad Shaar, qui, par inadvertance, sont montés dans la voiture de terroristes du Hamas, alors qu’ils faisaient de l’auto-stop à un arrêt de bus au carrefour d’Alon Shvut dans le Gush Etzion.

Leur sort est resté inconnu pendant près de trois semaines – jusqu’à la découverte de leurs corps et qu’il soit apparu qu’ils avaient été tués quelques heures seulement après l’enlèvement.

A la suite de l’enlèvement, Israël a lancé l’Opération Gardien de nos frères en Cisjordanie dans le but de faire pression sur le Hamas et de retrouver les trois disparus. Ce n’est que 18 jours plus tard que leurs corps ont été retrouvés enterrés dans un champ au nord d’Hébron, non loin de l’endroit où ils avaient été enlevés.

Selon Shapira, « la police n’a pas appliqué les leçons apprises de l’enlèvement et du meurtre des trois garçons. »

Le contrôleur a souligné l’appel téléphonique de l’un des adolescents à la ligne d’urgence de la police après s’être rendu compte – trop tard – que la voiture qui les avait embarqués n’était pas une innocente voiture israélienne.

Les trois adolescents enlevés et assassinés près de Hébron le 12 juin 2014 : Eyal Yifrach, Gil-ad Shaar et Naftali Frenkel. (Crédit : autorisation)

Il a chuchoté dans le téléphone : « Nous avons été enlevés », et l’appel a été immédiatement transféré à un officier supérieur, qui a continué de poser des questions, mais sans plus recevoir de réponse.

L’appel a duré 2:09 minutes et a ensuite été coupé. L’agent a appelé huit fois le numéro, mais trois fois le numéro était occupé, et cinq fois les appels ont été transmis à la boîte vocale.

En analysant cette affaire, Shapira a écrit que la police avait traité la conversation téléphonique comme un « appel de harcèlement qui n’avait pas été traité correctement ». Plusieurs officiers supérieurs ont été démis de leurs fonctions à la suite de cet événement.

Mais des années après leur licenciement, la police n’a pas réussi à mettre en place un système de classification de la gravité de ces appels afin qu’ils puissent être efficacement transmis à la chaîne de commandement, selon le rapport.

En outre, le contrôleur a fait observer qu’en dépit des recommandations précédentes visant à ajouter 20 membres du personnel au siège central du district de Cisjordanie pour répondre à ces appels, seuls 11 d’entre eux avaient été affectés à ce jour et que la majorité d’entre eux n’avaient pas reçu la formation nécessaire pour traiter ce type d’incidents.

Dans une longue déclaration en réponse au rapport de mercredi, le district de Judée et Samarie a refusé ou omis de répondre aux nombreuses critiques soulevées par Shapira.

La division de la police de Cisjordanie a déclaré qu’elle était en train de procéder à une refonte en profondeur de son quartier général et que tous les nouveaux membres du personnel étaient désormais correctement formés.

Moshe Barkat (D), commandant de la police israélienne dans le district de Judée et Samarie en visite à Efrat, le 18 septembre 2016 (Gershon Elinson/Flash90)

En ce qui concerne le manque d’enquête sur les fusillades de Palestiniens par des agents de la police des frontières, le district de Cisjordanie a insisté sur le fait que l’examen de ces affaires n’aurait pas dû être de sa responsabilité et qu’il n’avait pas le budget nécessaire.

Reconnaissant ostensiblement les échecs répétés sur la question, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a ordonné en novembre 2017 de transférer la responsabilité de ces enquêtes à la police militaire, a indiqué le communiqué de police.

Pour couronner sa réponse, la division de police de Cisjordanie a déclaré qu’elle « accueille favorablement le rapport du contrôleur de l’État, adoptera ses conclusions et s’emploiera à mettre en œuvre les questions qui y sont soulevées ».

Toutefois, le district de police a indiqué que bon nombre des recommandations soulevées dans le rapport avaient déjà été adoptées par la police avant même que le document ne soit publié lundi.

De leur côté, les groupes de défense des droits de Yesh Din ont déclaré dans un communiqué que le rapport prouve que « les forces de l’ordre israéliennes ne prennent pas au sérieux leur devoir de protéger les résidents palestiniens de Cisjordanie ».

« Le résultat de cet échec persistant du système est l’octroi de l’immunité aux civils israéliens et aux forces de sécurité israéliennes qui causent du tort aux Palestiniens », a ajouté l’ONG.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...